SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

La CPI appelle la Russie à coopérer avec une enquête sur l’Ukraine

Le procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khan, a souligné que la Russie devrait coopérer à l’enquête de la Cour sur d’éventuels « crimes de guerre » commis depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine.

Khan a déclaré vendredi que la Russie, qui n’est pas membre du tribunal basé à La Haye, avait refusé de coopérer avec ses services sur l’Ukraine, mais a déclaré que « ma porte est ouverte » si elle voulait aider.

Aussi, a-t-il ajouté, « L’invitation est là, ma porte est ouverte, et je continuerai également à frapper à la porte de la Fédération de Russie », selon ce qui a été rapporté par l’Agence France-Presse.

En outre, l’avocat britannique a souligné que ceux qui ont commis des « crimes de guerre » pourraient être traduits en justice, mais a refusé de dire si le président russe Vladimir Poutine pouvait être considéré comme un suspect.

« S’il y a des allégations de la part de la Fédération de Russie, si elle a des informations, si elle mène ses propres enquêtes ou si elle a des informations pertinentes, je l’invite à nous les partager », a-t-il ajouté.

Comme la Russie, l’Ukraine n’a pas rejoint la CPI, mais Kyiv a accepté la compétence de la Cour et travaille avec les services du procureur dans ses enquêtes sur d’éventuels crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis sur son territoire.

Il est à noter que le procureur général a annoncé, quatre jours après le début de l’opération russe, le lancement d’une enquête sur la situation en Ukraine, après quoi elle a été approuvée par des dizaines d’États membres de la Cour.

Cependant, la Russie soutient que les allégations de crimes de guerre sont fausses et Poutine a justifié l’opération spéciale selon laquelle l’Ukraine commettait un « génocide » dans l’est du pays.

Il convient de noter que le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé le 29 avril que Moscou n’était pas obligée de coopérer avec la Cour pénale internationale concernant l’enquête sur l’Ukraine.

    la source :
  • alarabiya