SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

La crise des bateaux de pêche s’intensifie… La Grande-Bretagne menace la France : Nous réagirons

La Grande-Bretagne a déclaré jeudi que la menace de la France d’empêcher les bateaux britanniques d’entrer dans ses ports dans le cadre d’un conflit sur la pêche semblait violer le droit international, et le gouvernement s’est engagé à réagir si Paris mettait cette mesure à exécution.

La France a annoncé mercredi qu’elle empêcherait les bateaux de pêche britanniques d’entrer dans certains ports français, à partir de la semaine prochaine, si aucun accord n’est trouvé avec le Royaume-Uni dans le cadre d’un conflit sur les licences de pêche.

Elle a également indiqué qu’elle pourrait restreindre l’approvisionnement en électricité des îles Anglo-Normandes, qui font partie de la Couronne britannique et qui se trouvent au large des côtes françaises.

« Décevant »

La Grande-Bretagne a répondu que « les menaces de la France sont décevantes et disproportionnées, et ne sont pas ce que nous attendons d’un allié et partenaire proche ».

De plus, elle a ajouté que ces mesures « ne semblent pas être compatibles » avec l’accord de séparation du Royaume-Uni avec l’Union européenne « et avec le droit international plus large et que, si elles étaient mises en œuvre, elles feraient l’objet d’une réponse appropriée et mesurée. »

La tension monte

Il est à noter que depuis que le Royaume-Uni a quitté l’orbite économique de l’Union européenne au début de l’année, les relations entre Londres et Paris sont de plus en plus tendues.

La France a vivement protesté contre la décision prise le mois dernier par le Royaume-Uni et les îles anglo-normandes, Jersey, de refuser les permis d’exploitation de dizaines de bateaux de pêche français dans leurs eaux territoriales.

Opposition à l’accord post-Brexit

Elle a également noté que ces restrictions vont à l’encontre de l’accord post-Brexit que le gouvernement britannique a signé lorsqu’il a quitté l’Union européenne.

Mais après des semaines de négociations, les autorités britanniques ont délivré davantage de permis de pêche, mais le nombre ne représente encore que 50 % de ce à quoi la France estime avoir « droit », a déclaré le porte-parole du gouvernement français, Gabriel Attal.

    la source :
  • alarabiya