SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

La crise irakienne s’aggrave…Al-Sadr : j’ai fait de nombreuses concessions

Des sources politiques irakiennes s’attendaient à ce que la prochaine étape pour le leader du mouvement sadriste, Muqtada al-Sadr, soit d’appeler ses partisans à la désobéissance civile au cas où les autres partis politiques continueraient ce qu’il décrit comme une ignorance des demandes des manifestants.

Et des sources irakiennes ont indiqué au correspondant de « Sky News Arabia », que le mouvement du mouvement sadriste pourrait avoir lieu après la publication de la décision de la Cour fédérale concernant l’examen de la demande de dissolution du parlement actuel.

Samedi, Al-Sadr a déclaré qu’il n’avait pas vu de réponse des partis politiques à la proposition de tenir un dialogue national. Dans une déclaration sur son compte officiel sur « Twitter », Al-Sadr a déclaré qu’il avait soumis une « proposition aux Nations Unies pour une session de dialogue public avec les partis politiques en Irak ».

Il a ajouté : « J’ai fait de nombreuses concessions dans l’intérêt du peuple et de la paix civile en Irak. Nous demandons à tous d’attendre notre prochaine étape concernant la politique d’ignorance de la situation dans le pays. »

Al-Sadr avait annoncé, mardi dernier, le report des manifestations qui étaient prévues pour ses partisans samedi, « jusqu’à nouvel ordre. »

L’annonce par Al-Sadr du report des manifestations intervient à un moment où l’Irak connaît une crise politique permanente depuis les élections législatives qui se sont tenues en octobre de l’année dernière.

La crise s’est intensifiée au cours des deux dernières semaines, avec l’annonce par les partisans d’Al-Sadr de leur sit-in ouvert, qui a commencé au Parlement puis s’est déplacé à l’extérieur de celui-ci, dans la zone verte lourdement fortifiée du centre de Bagdad.

D’autre part, le cadre de coordination, principal opposant d’al-Sadr, a annoncé le début d’un sit-in pour ses partisans à l’extérieur de la Zone verte, où ils exigent la « formation d’un gouvernement de service national. »

Les différences entre le mouvement sadriste et le cadre de coordination se limitent au mécanisme d’organisation d’élections anticipées. Alors que le courant veut que le gouvernement actuel se prépare aux élections et avec la loi actuelle, le cadre cherche à changer le gouvernement avec l’amendement de la loi.

Les forces du cadre ont perdu les élections parlementaires qui ont eu lieu en vertu de cette loi, alors que le mouvement sadriste les a remportées.

    la source :
  • Sky News Arabia