SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

La Douma : Pas de négociations avec Kiev avant une capitulation sans conditions

Alors que le conflit russo-ukrainien entre dans son septième mois, et que l’on s’attend à ce qu’il dure encore des mois, les possibilités de reprise des négociations entre les deux parties s’amenuisent.

Le chef du Parti libéral démocrate et président de la commission des affaires internationales de la Douma d’État, Leonid Slutsky, a confirmé que la Russie n’envisagerait la possibilité de négocier avec Kiev uniquement si celle-ci était prête à se rendre sans condition.

Il a également expliqué dans une vidéo qu’il a publiée sur « Telegram » que les forces russes sont prêtes à envisager des négociations si la partie ukrainienne est prête à se rendre sans condition, à réduire ses forces armées au minimum et à éliminer le nazisme sans condition.

Le chef adjoint du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, a souligné hier que l’abandon par l’Ukraine de son projet d’adhésion à l’OTAN est nécessaire, mais qu’il n’est pas suffisant pour parvenir à la paix, appelant à un accord plus global entre les deux parties et à la fourniture par Kiev d’un certain nombre de garanties, notamment en ce qui concerne la population de la partie orientale de l’Ukraine et la nécessité de la protéger, ainsi que la « dé-nazification », en référence aux groupes militants nationalistes ukrainiens, que Moscou qualifie de terroristes.

Il convient de noter que depuis le lancement de l’opération militaire russe sur le territoire de son voisin occidental, le 24 février (2022), Moscou a confirmé plus d’une fois qu’elle n’accepterait pas l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN.

Les deux pays ont tenu plusieurs séries de pourparlers depuis le début des combats, mais ils n’ont pas progressé, et il n’y a actuellement aucune perspective de reprise.