SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 January 2023, Tuesday |

La facture de la guerre d’Ukraine… le bilan des sanctions imposées à la Russie

Alors que la guerre russe contre l’Ukraine s’est déclenchée depuis 51 jours, les États-Unis et l’Occident continuent d’imposer des sanctions à la Russie, principalement économiques, dans le but de faire pression sur Moscou pour qu’il arrête sa guerre contre l’Ukraine.

Aujourd’hui, la Russie est confrontée à un profond isolement et à des turbulences économiques alors qu’elle continue d’être soumise à une série de sanctions qui coupent les principales institutions financières de Moscou des marchés occidentaux.

Dans ce rapport, un résumé complet des différentes sanctions internationales et corporatives les plus importantes contre la Russie et tous ses systèmes économiques, financiers et monétaires, qui ont apparemment causé des dommages aux revenus financiers du pays.

– 14 avril: l’Australie a annoncé l’imposition de sanctions aux compagnies pétrolières et gazières russes, ainsi que d’autres sanctions aux entreprises opérant dans le commerce de détail, et a empêché l’accostage des navires russes dans ses ports.

7 avril: la Suisse annonce l’imposition de multiples sanctions aux entreprises russes opérant dans divers domaines, ainsi qu’à l’oligarchie russe.

6 avril: Les banques américaines imposent des sanctions aux banques russes, ciblant les filles de Poutine et d’autres banques russes, tandis que l’Union européenne annonce à cette date qu’elle impose des sanctions sur le charbon russe à partir d’août prochain.

6 avril: Les banques britanniques gèlent les actifs de la plus grande Sberbank de Russie et imposent des sanctions à huit oligarques actifs dans des secteurs tels que les engrais, le pétrole et le gaz, les camions et les diamants.

La Grande-Bretagne a déclaré qu’elle interdirait les importations de charbon russe d’ici la fin de 2022, interdirait les investissements étrangers en Russie, qui ont dépassé 11 milliards de livres (14,4 milliards de dollars) en 2020, et l’exportation d’équipements et de catalyseurs clés de raffinage du pétrole.

5 avril : le Japon annonce qu’il a recommandé au comité du ministère japonais des Finances de révoquer le statut NPF de la Russie; L’Internal Revenue Service américain a suspendu le partage d’informations avec les autorités fiscales russes, dans le but d’empêcher Moscou de collecter des impôts et de financer sa guerre contre l’Ukraine.

29 mars: les entreprises japonaises interdisent l’exportation de voitures et de biens de luxe à destination de la Russie à partir du 5 avril.

25 mars: la Finlande suspend les travaux entre l’opérateur ferroviaire national du pays entre Helsinki et Saint-Pétersbourg, et ferme le chemin de fer entre la Russie et l’Union européenne.

– 24 mars: Les États-Unis ont imposé des sanctions à des dizaines d’entreprises de défense russes, à 328 membres de la législature de la Douma et au PDG de la Sberbank, tandis que la Suisse a imposé des sanctions qui ont empêché l’oligarchie d’accéder à leur richesse de 6 milliards de dollars dans les banques suisses, et le Le Royaume a imposé des sanctions similaires aux États-Unis.

-20 mars: L’Australie a interdit les exportations de certains matériaux miniers vers la Russie, et le pays a également imposé des sanctions aux oligarques et milliardaires russes ayant des liens avec l’industrie minière.

-15 mars: Le Japon impose des sanctions à 15 individus et neuf organisations russes, et de nouvelles sanctions à 17 autres Russes, dont des milliardaires, tandis que la Nouvelle-Zélande impose des sanctions aux entreprises russes du secteur minier.

-14 mars: L’Union européenne impose des sanctions à l’oligarchie et gèle les avoirs de Roman Abramovich, l’empêchant d’accéder à ses investissements dans les pays du bloc.

– 11 mars: L’Union européenne annonce l’interdiction faite aux entreprises russes de fournir et d’importer des marchandises, notamment de l’acier, et interdit l’exportation de produits de luxe vers les marchés russes, tandis que les États-Unis imposent des sanctions à l’oligarchie et que le Canada met en œuvre des sanctions américaines contre le même date.

– 9 mars: la Grande-Bretagne a saisi un avion appartenant à Russian Airlines, le Royaume-Uni durcissant les sanctions aériennes, précédé d’une décision d’arrêter les importations britanniques de brut russe d’ici la fin de 2022.

-8 mars : Les importations américaines de pétrole russe font partie des sanctions annoncées par le président américain Joe Biden, qui interdit à tout navire pétrolier de mouiller sur les côtes de son pays.

-28 février : Les États-Unis, l’Union européenne, le Royaume-Uni et le Japon imposent des sanctions à la Banque centrale russe et à la majorité du secteur bancaire, leur interdisant l’accès au système SWIFT.