SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

La Finlande et la Suède s’entraînent avec l’OTAN

Alors qu’elles se préparent à s’entraîner aux côtés de leurs frères d’armes de l’OTAN, des troupes finlandaises montrent leur puissance militaire en alignant des lance-roquettes, de l’artillerie et des motoneiges, sur un parking boueux du Grand Nord norvégien.

Le partenariat de la Finlande et de la Suède avec l’Alliance atlantique n’est pas nouveau, mais l’invasion de l’Ukraine par la Russie a poussé les deux pays militairement non alignés à approfondir encore leur coopération avec l’OTAN.

L’exercice Cold Response de la Norvège, qui se tient normalement tous les deux ans, vise à entraîner les troupes de l’OTAN à coopérer dans des conditions hivernales difficiles.

Comme les fois précédentes où la Norvège a organisé l’exercice, Stockholm et Helsinki ont envoyé d’importants contingents : 1 600 soldats suédois et 680 Finlandais.

« C’est encore plus important cette année à cause de l’Ukraine et de la situation dans notre partie du monde », a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Stefan Hedmark, responsable de la planification des exercices de l’armée suédoise.

Les pays nordiques, qu’ils soient membres de l’OTAN ou non, ont l’habitude de coopérer étroitement. Ils partagent les mêmes valeurs, intérêts et cultures – et le même voisin à l’est, la Russie.

« Nous sommes plus ou moins comme une famille maintenant », a déclaré Hedmark.

Pour la Suède et la Finlande, la participation à Cold Response n’a pas pour but d’apprendre à se battre dans des conditions difficiles, qui sont les mêmes chez eux qu’en Norvège.

Leur participation vise plutôt à renforcer leur « interopérabilité », c’est-à-dire leur capacité à mener une guerre avec d’autres pays occidentaux.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a fait basculer l’opinion publique dans les deux pays nordiques.

Pour la première fois, une majorité de Suédois et de Finlandais se sont prononcés en faveur de l’adhésion à l’OTAN, selon les sondages publiés depuis fin février.

Les officiers militaires des deux pays refusent de commenter publiquement cette question politiquement sensible, mais insistent sur le fait que, si le temps de l’adhésion à l’OTAN est venu, ils seront prêts.

Stockholm et Helsinki ont toutes deux exclu l’adhésion pour le moment, bien que la question ait fait l’objet de discussions politiques approfondies en Finlande.

Si les pays nordiques devaient adhérer à l’OTAN, cela « aurait de graves répercussions militaires et politiques », a averti le ministère russe des affaires étrangères fin février.

« Il s’agit d’un exercice prévu de longue date », a insisté la Première ministre suédoise Magdalena Andersson en rendant visite aux troupes de son pays lundi.

« Mais il est clair qu’avec la situation sécuritaire que nous connaissons actuellement, nous envoyons un signal important de coopération et de préparation à la défense de notre territoire », a-t-elle déclaré.

Dans un signe tangible de leurs liens étroits, les troupes finlandaises, suédoises et norvégiennes porteront bientôt le même uniforme adapté aux conditions arctiques, bien qu’avec des motifs de camouflage différents.

« Je peux vous assurer, au quotidien… nous avons déjà une coopération étroite et la participation à cet exercice est un signal fort », a déclaré le général Jorg Vollmer, qui commande le flanc nord de l’OTAN.

« Nous nous entraînons déjà ensemble, même s’ils ne sont pas encore membres », a-t-il ajouté.

    la source :
  • Asharq Al-Awsat