SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

La France annonce le gel des avoirs de la Banque centrale russe

Les sanctions occidentales se poursuivent contre la Russie en réponse à sa guerre contre l’Ukraine. Le ministre français des Finances Bruno Le Maire a déclaré dimanche que son pays avait gelé les avoirs de la Banque centrale russe en France pour un montant de 22 milliards d’euros.

Et la « Banque centrale russe » avait déclaré auparavant :  » L’économie russe entre dans une phase de transformation structurelle à grande échelle, qui s’accompagnera d’une période temporaire, mais inévitable, d’augmentation de l’inflation, qui est principalement liée aux ajustements de prix dans un large éventail de biens et de services.  »

Il convient de noter que les sanctions occidentales, qui ont visé de grandes quantités de réserves en devises étrangères appartenant à la Russie, visent à les rendre presque inaccessibles, empêchant les décideurs d’atténuer la dépréciation des actifs nationaux.

La France s’engage à renforcer les sanctions

Mercredi, le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que le ministre Jean-Yves Le Drian avait confirmé à son homologue ukrainien l’intention de Paris de débloquer 300 millions d’euros (331,69 millions de dollars) d’aide à Kiev.

Le communiqué ajoute que Le Drian s’est engagé à augmenter la pression des sanctions sur la Russie pour la poursuite de ses opérations militaires contre l’Ukraine.

Le Drian a également appelé à une accélération du cessez-le-feu en Ukraine en réponse à l’appel de la Cour internationale de justice, et a souligné qu’un cessez-le-feu était le seul moyen de permettre des négociations sérieuses pour mettre fin au conflit.

Paris : La Russie prétend de négocier

Le Drian a accusé la Russie de prétendre de négocier un cessez-le-feu en Ukraine, tout en continuant à utiliser des armes.

Le Drian a déclaré dans une interview au journal « Le Parisien » que, comme c’est le cas en Syrie ou en Tchétchénie, « la logique russe repose sur le trio habituel : les bombardements aveugles, les prétendus couloirs humanitaires destinés à accuser ensuite l’adversaire de ne pas les respecter, et des pourparlers sans autre but que de prétendre qu’ils négocient. »

Les pourparlers « russo-ukrainiens » se sont poursuivis hier, mercredi, et Moscou a confirmé qu’ils portent notamment sur la situation neutre de l’Ukraine.