SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

La France appelle l’Iran à achever les pourparlers de Vienne là où ils se sont arrêtés

Le ministre Français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a exhorté vendredi l’Iran à achever les négociations nucléaires de Vienne là où ils s’étaient arrêtés il y a des mois, alors que Téhéran et les grandes puissances se préparent à achever les négociations à la fin du mois visant à relancer l’accord de 2015 dont les États-Unis se sont retirés unilatéralement.

« Je crois que les Américains sont prêts à reprendre les négociations là où ils s’étaient arrêtés en juin, d’une manière qui permettra de les achever rapidement », a déclaré Le Drian dans une interview publiée dans le journal Français Le Monde.

Il a déclaré « À partir du 29 novembre et les jours suivants, nous réaliserons si c’est la volonté iranienne. » « Si ces discussions sont fausses, nous devrons considérer le JCPOA comme non sécurisé », faisant référence à l’accord nucléaire avec l’Iran.

L’Iran et six puissances internationales (les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie, la Chine et l’Allemagne) ont conclu un accord sur son programme nucléaire en 2015 qui a permis la levée de nombreuses sanctions qui lui ont été imposées, en échange de la limitation de ses activités nucléaires et de la garantie du caractère pacifique de son programme.

Mais les États-Unis se sont retirés de l’accord de 2018 sous leur ancien président Donald Trump, qui réimposait des sanctions économiques contre Téhéran. Un an plus tard, l’Iran a commencé à revenir progressivement sur ses engagements fondamentaux dans le cadre de l’accord.

Joe Biden, qui a succédé à Trump à la présidence américaine début 2021, s’est dit prêt à ramener son pays à l’accord, à condition que l’Iran revienne à ses engagements.

Les parties concernées, avec la participation indirecte de Washington, ont eu des pourparlers à Vienne cette année pour relancer l’accord. Six tours ont eu lieu entre avril et juin et ont été suspendus peu après l’élection présidentielle iranienne, qui s’est terminée par la victoire d’Ibrahim Raïssi, partisan de la ligne dure, en remplacement du modéré Hassan Rouhani.

Après que les responsables iraniens ont confirmé que le retour à la table des négociations était subordonné à l’achèvement par le nouveau gouvernement d’un examen des cycles précédents, les parties concernées ont annoncé que les pourparlers seraient achevés à partir du 29 novembre.

« La première vérification que nous devons faire est de montrer si la discussion sera terminée là où elle a été suspendue en juin avec le précédent gouvernement iranien », a déclaré Le Drian.

Les participants aux pourparlers ont déjà confirmé les progrès réalisés dans la levée des sanctions américaines et le retour de Washington à l’accord, en échange du retour de l’Iran au respect de ses termes, sans parvenir à un accord final.

Téhéran souligne que sa priorité est de lever les sanctions imposées après le retrait américain et de veiller à ce que Washington ne se retire pas à nouveau de l’accord.

« Le succès des négociations, qui débuteront le 29 novembre, dépend de la volonté sérieuse et de la volonté pratique de l’autre partie de lever l’embargo », a écrit Ali Bagheri, négociateur nucléaire en chef de l’Iran, sur son compte Twitter jeudi.

« Pour nous, l’important est de s’assurer que les sanctions sont levées après que les garanties requises ont été vérifiées », a déclaré lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Said Khatibzadeh, ajoutant que « bien sûr, il y avait des différences dans les six cycles de pourparlers à Vienne, c’est pourquoi nous ne sommes pas parvenus à un accord ».

    la source :
  • alarabiya