SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2022, Thursday |

La France et l’Allemagne refusent de payer le gaz russe en roubles

Les gouvernements français et allemand ont déclaré jeudi qu’ils se préparaient à la possibilité que la Russie arrête les livraisons de gaz, soulignant leur opposition au paiement des approvisionnements en roubles.

Le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue allemand Robert Habeck à Berlin qu’« une situation peut se présenter demain dans laquelle il n’y aura plus de gaz russe ».

« Nous devons nous préparer à ces scénarios, et nous nous y préparons », a-t-il ajouté.

Berlin et Paris ont confirmé dans le même temps leur refus de payer en roubles l’approvisionnement en gaz russe, comme l’exige le président russe Vladimir Poutine.

« Les contrats stipulent que les paiements sont effectués en euros et parfois en dollars », a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz lors d’une conférence de presse jeudi à Berlin.

« J’ai dit clairement au président russe que ça va rester comme ça » et que « les entreprises veulent pouvoir payer en euros et elles le feront », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Le Maire a déclaré à cet égard que « les contrats stipulent une devise dans laquelle ils doivent être exécutés, et donc les contrats doivent être exécutés dans la devise spécifiée ».

Les contrats sont des contrats

Poutine a annoncé la semaine dernière que Moscou n’accepterait que les paiements en roubles pour le gaz naturel exporté vers des pays « inamicaux », dont l’Union européenne.

Il a expliqué que sa décision était une réponse au gel par l’Occident des avoirs de la Russie dans le cadre des sanctions qui lui ont été imposées après l’invasion de l’Ukraine.

Cependant, le gouvernement allemand a annoncé mercredi que Poutine avait assuré à Scholz lors d’un appel téléphonique que les paiements « resteront en euros et seront transférés, comme d’habitude, à Gazprom Bank, qui n’était pas couverte par les sanctions », et qu’il veillera de transférer les fonds en roubles.

Mais Poutine est revenu et a annoncé jeudi que les pays « inamicaux », dont l’Union européenne, devaient ouvrir des comptes en roubles pour payer le gaz, à partir du vendredi 1er avril.

Et il a prévenu qu’en cas de refus, « les contrats existants seront suspendus ».

Avant l’invasion de l’Ukraine, l’Union européenne importait 40% de ses besoins en gaz de Russie. L’Allemagne était la plus dépendante du gaz russe, qui représente 55% de sa consommation.