SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

La France: Nous soutenons l’Ukraine sans entrer en guerre avec la Russie

La France a souligné qu’« il faut maintenir un canal ouvert de dialogue avec la Russie, et c’est un élément essentiel de la sécurité européenne, et c’est aussi ce que l’Ukraine nous demande ».

L’Elysée a déclaré mercredi dans un communiqué que le président français Emmanuel Macron porterait des messages au sommet de l’OTAN, notamment en mettant l’accent sur l’importance de la défense collective, et ce rôle que l’OTAN joue actuellement, et c’est un point important pour la sécurité européenne.

« Eviter toute escalade »

Il a également souligné que:« notre objectif lors du sommet de l’Otan est de faire preuve d’unité et de détermination pour protéger les alliés les plus vulnérables d’Europe de l’Est, tout en maintenant la voie de la diplomatie et en évitant toute escalade ».

Il a également ajouté:« Nous soutenons l’Ukraine sans entrer en guerre contre la Russie, et nous faisons tout ce que nous pouvons pour que le président Vladimir Poutine change d’avis ».

Pas encore d’accord

Cela est intervenu après que l’Elysée a annoncé mardi que Macron s’était de nouveau entretenu pendant une heure avec Poutine, et l’avait appelé à un cessez-le-feu, sans parvenir à un accord avec lui à cet égard.

La présidence française a déclaré qu’« aucun accord n’a été trouvé pour le moment, mais le président (Macron) reste convaincu de la nécessité de poursuivre ses efforts ».

« Il n’y a pas d’autre issue qu’un cessez-le-feu et des négociations de bonne foi entre la Russie et l’Ukraine », a-t-elle ajouté. Le président de la République se tient aux côtés de l’Ukraine.

De son côté, le Kremlin s’est contenté d’indiquer que cet appel avait eu lieu « à l’initiative de la partie française » et portait sur « la situation en Ukraine, y compris les négociations en cours » entre les représentants russes et ukrainiens.

Il s’agit du huitième appel téléphonique du président français avec son homologue russe depuis le début de la guerre contre l’Ukraine le 24 février.

Elle défend la légitimité de ses revendications

Il est à noter que depuis le début de l’opération militaire russe, Moscou a répété plus d’une fois qu’elle n’acceptera aucune menace sur ses frontières occidentales, s’accrochant à la légitimité de ses exigences inhérentes à faire de l’Ukraine un pays neutre, ce qui rassure ses craintes .

Il a également exigé plus d’une fois l’arrêt des efforts de l’Ukraine pour rejoindre l’OTAN, ou l’expansion de cette dernière dans les pays d’Europe de l’Est, qui représente pour elle une ligne rouge.

Cependant, l’Occident a rejeté ces demandes et a versé son aide militaire et humanitaire à Kiev, ce qui a suscité de nombreuses critiques de la part de Moscou.

On s’attend à ce que le sommet de l’Otan se tienne jeudi au vu de la poursuite des combats pour la 28e journée, et de l’escalade des tensions entre l’Occident et la Russie, alors que le président américain Joe Biden, parti mercredi pour l’Europe, mobilise ses alliés pour imposer plus de sanctions contre Moscou.