SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

La Grande-Bretagne ajoute de nouveaux noms aux listes de sanctions de la Russie

Le gouvernement britannique a annoncé aujourd’hui, mardi, l’ajout de 350 nouveaux noms à ses listes de sanctions contre la Russie, et de neuf nouveaux noms à ses listes de sanctions électroniques.

Parmi les personnes visées par la dernière série de sanctions figurent le milliardaire Andrei Melnichenko, propriétaire du géant des engrais Eurochem et de la société houillère Soic, et Peter Avin, un investisseur pétrolier qui a construit un empire commercial européen estimé à environ 4,7 milliards de dollars.

La Grande-Bretagne a annoncé le gel des avoirs du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et l’imposition d’une interdiction de voyager à son encontre.

Et en février dernier, l’Union européenne a imposé des sanctions au ministre russe de la Défense et aux commandants de l’armée sur fond de crise ukrainienne.

Mardi, le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, a annoncé que l’Allemagne soutenait l’imposition de nouvelles sanctions à la Russie pour la guerre en Ukraine, et qu’aucun partisan du président russe Vladimir Poutine n’est loin des sanctions.

« Aucun de ceux qui soutiennent Poutine n’est à l’abri », a déclaré Lindner aux journalistes à Bruxelles.

« L’Allemagne, comme nos partenaires en Europe, est ouverte à des sanctions supplémentaires », a-t-il déclaré, ajoutant que l’impact de chaque étape doit être soigneusement étudié.

« Sur la question du boycott énergétique, le gouvernement allemand évalue les conséquences négatives, même à court terme, pour la résilience du côté européen, et les conséquences pour la Russie et la politique de guerre de Poutine de l’autre côté », a déclaré Lindner.

Le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, a déclaré lundi que l’Allemagne était ouverte à un durcissement des sanctions de l’Union européenne contre la Russie en réponse à son invasion de l’Ukraine, dans le but d’exercer un maximum de pression sur le président russe Vladimir Poutine.

« La position de l’Allemagne est claire », a déclaré Lindner avant les pourparlers à Bruxelles avec ses collègues de l’Union européenne. Nous voulons un maximum de pression sur Poutine, nous voulons isoler la Russie politiquement, financièrement et économiquement.

Il a ajouté:« Nous sommes ouverts à l’intensification des sanctions et à la prévention d’un éventuel contournement des sanctions ».