SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

La Grande-Bretagne confirme la poursuite des renforts russes à la frontière ukrainienne

Le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, a déclaré jeudi que l’OTAN continuerait à renforcer son aile orientale pour confronter les menaces russes, réitérant que le Kremlin mobilisait ses forces autour de l’Ukraine.

« Nous sommes très sérieux sur la façon dont nous faisons face à la menace qui pèse actuellement sur l’Ukraine et peut-être sur notre sécurité », a déclaré Wallace avant les entretiens à Bruxelles entre les ministres de la Défense de l’OTAN et leurs homologues en Ukraine et en Géorgie.

Il a ajouté: « Ce n’est pas une blague ou un cas simple. C’est un véritable défi pour la stabilité de l’Europe. « Une façon de nous assurer qu’il n’y a pas d’escalade est de soutenir nos partenaires de l’OTAN et c’est ce que nous faisons tous. »

Wallace a réitéré les assurances que Moscou continue de déployer des forces militaires à la frontière de son voisin malgré l’annonce du retrait de certaines troupes, en disant: « Je pense que nous avons vu le contraire de certaines déclarations. Nous avons constaté une augmentation du nombre de soldats au cours des dernières 48 heures – jusqu’à 7000. »

La Russie a annoncé mardi avoir retiré une partie de ses troupes stationnées à la frontière ukrainienne, tandis que le ministère russe de la Défense a annoncé mercredi un nouveau retrait de ses forces militaires de Crimée.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que l’Occident « jusqu’à présent n’a pas été membre des États-Unis. Il ne voit aucun signe de retrait ou d’apaisement. »

Les alliés de l’OTAN ont envoyé des milliers de soldats et d’équipements pour renforcer l’aile orientale de l’alliance en réponse au renforcement militaire de la Russie à la frontière ukrainienne. Les États-Unis ont déclaré qu’ils déployaient temporairement environ 4 700 soldats supplémentaires en Pologne.

L’OTAN cherche à envoyer de nouveaux groupes de combat en Roumanie et en Bulgarie. Des déploiements en Hongrie et en Slovaquie ont été discutés.

L’OTAN envisage également de renforcer les forces militaires déjà déployées dans les États baltes et en Pologne – qui totalisent actuellement environ 5000 – en 2017 en réponse à la prise de contrôle de la Crimée ukrainienne par la Russie en 2014.