SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

La Grande-Bretagne et la France signent un accord pour renforcer leur coopération dans la lutte contre l’immigration clandestine

La Grande-Bretagne et la France (lundi 14-11-2022) ont signé un accord d’une valeur de 72,2 millions d’euros (74,5 millions de dollars) au cours de l’année prochaine pour intensifier les efforts visant à empêcher les immigrants illégaux de faire des voyages périlleux pour traverser la Manche.

Plus de 40 000 personnes ont traversé la Manche dans de petits bateaux jusqu’à présent cette année, contre 28 526 l’année dernière, faisant pression sur le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak et la ministre de l’Intérieur Suella Braverman pour qu’ils fassent plus pour endiguer le flux.

« Il est dans l’intérêt des gouvernements britannique et français de travailler ensemble pour résoudre ce problème complexe », a déclaré Braverman dans un communiqué.

Cela fait suite à sa rencontre avec le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin à Paris lundi.

« Il n’y a pas de solution miracle, mais ce nouvel arrangement signifie que nous pouvons augmenter considérablement les effectifs de la gendarmerie française qui patrouille sur les plages du nord de la France et garantir que les officiers britanniques et français unissent leurs forces pour arrêter les passeurs », a-t-elle ajouté.

Le gouvernement britannique a déclaré que l’accord pluriannuel entraînerait une augmentation de 40% du nombre d’officiers financés par le Royaume-Uni patrouillant sur les côtes françaises au cours des cinq prochains mois.

Des officiers britanniques participeront également aux salles de contrôle dirigées par les Français et sur le terrain avec leurs homologues pour la première fois afin d’améliorer la coordination et le partage d’informations.

L’accord renforcera la sécurité dans les ports en finançant des investissements dans des technologies de surveillance, des drones, des équipes canines, des systèmes de surveillance par caméra et des hélicoptères pour aider à détecter et à prévenir les passages, ainsi qu’à soutenir les centres d’accueil et d’expulsion en France pour les migrants empêchés de faire des croisières vers la Grande-Bretagne.