SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

La Grande-Bretagne impose de nouvelles sanctions au Myanmar

La Grande-Bretagne a annoncé jeudi l’imposition de nouvelles sanctions au Myanmar visant les entreprises liées à l’armée au Myanmar en soutien à la communauté Rohingya.

Les sanctions contre ce pays d’Asie du Sud-Est visent à limiter l’accès de l’armée aux armes et à endiguer le flux d’argent.

« Nous continuons d’être solidaires avec le peuple Rohingya et condamnons la campagne épouvantable lancée par les forces armées contre lui », a déclaré la secrétaire d’État britannique pour l’Asie, Amanda Milling, dans un communiqué.

Le Myanmar est plongé dans le chaos politique et économique depuis que l’armée a renversé le gouvernement élu au début de 2021.

L’ancien ambassadeur britannique détenu

Ces sanctions interviennent alors que les autorités birmanes détiennent l’ancienne ambassadrice britannique au Myanmar, Vicki Bowman, selon une source diplomatique à l’Agence France-Presse.

Vicki Boman, qui a été ambassadrice de son pays au Myanmar entre 2002 et 2006, a été arrêtée mercredi à Rangoon, la capitale économique du pays, qui connaît un violent conflit.

Avant d’occuper ce poste, Bowman était diplomate avec le rang de deuxième secrétaire à l’ambassade britannique de 1990 à 1993.

« Nous sommes préoccupés par la détention d’une femme britannique au Myanmar », a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’ambassade britannique.

« Nous sommes en contact avec les autorités locales et nous fournissons une assistance consulaire », a-t-il ajouté.

« Le mari et artiste de Bowman, Htin Lin, a également été arrêté », a expliqué la source diplomatique.

Les médias locaux ont rapporté que « Boman et son mari ont été transférés à la prison d’Insein à Rangoon et seront accusés de violations de l’immigration ».

Un porte-parole du groupe militaire n’a pas répondu aux sollicitations de l’AFP.

Bowman est directeur du Myanmar Center for Responsible Business et parle couramment la langue du pays.