SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

La Grande-Bretagne : les missiles balistiques de l’Iran menacent la sécurité régionale et internationale

La Grande-Bretagne a condamné vendredi le lancement par l’Iran de missiles balistiques lors des manœuvres de guerre organisées cette semaine.

« Ces actions représentent une menace pour la sécurité régionale et internationale, et nous appelons l’Iran à cesser immédiatement ses activités », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les Gardiens de la révolution iraniens ont tiré 16 missiles balistiques surface-surface, a rapporté vendredi l’agence de presse iranienne (IRNA).

Un rapport de l’agence précise également que les missiles sont de modèles « Emad », « Qadr », « Sejil », « Zelzal », « Dezful » et « Zulfiqar », avec une portée de 350 à 2000 kilomètres (220 à 1250 miles).

Selon l’Iran, les missiles à courte et moyenne portée peuvent atteindre les bases américaines dans la région ainsi que le territoire israélien.

La télévision d’État a montré des images des missiles et de leur lancement dans le désert.

La menace du programme nucléaire iranien

À cet égard, le général de division Mohammad Hossein Bagheri, chef d’état-major des forces armées iraniennes, a déclaré que les manœuvres planifiées à l’avance sont une réponse aux récentes menaces israéliennes contre l’Iran.

Israël considère le programme nucléaire iranien comme une menace et cherche à pousser les États-Unis et la communauté internationale à adopter une position plus ferme à son égard. L’Iran insiste sur le caractère pacifique de son programme nucléaire.

Les Gardiens de la révolution ont déclaré par le passé qu’ils disposaient de missiles de croisière d’une portée de 1 000 km et de missiles d’une portée de 2 000 km.

De temps à autre, l’Iran organise des manœuvres de guerre, affirmant qu’elles visent à améliorer l’état de préparation de ses forces et à tester de nouvelles armes.

Les pourparlers de Vienne

Les manœuvres annuelles de cinq jours, qui ont débuté lundi, interviennent quelques jours après l’échec des pourparlers visant à relancer l’accord nucléaire conclu par Téhéran avec les puissances mondiales.

L’Iran avait commencé à accélérer le rythme de ses progrès atomiques, tandis que les négociations visant à revenir sur l’accord nucléaire peinaient à avancer. Les négociations doivent reprendre lundi prochain.

L’ancien président américain Donald Trump a décidé de retirer les États-Unis de l’accord nucléaire, et a réimposé de sévères sanctions à l’Iran en 2018.

Depuis, Téhéran s’est lancé dans l’enrichissement de l’uranium à 60 %, ce qui est une étape technique légèrement inférieure aux 90% nécessaires pour fabriquer une bombe atomique.

    la source :
  • alarabiya