SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

La guerre en Ukraine augmente le risque de traite des êtres humains

La pandémie de COVID-19 a entraîné la première baisse du nombre connu de victimes de la traite des êtres humains en 20 ans, avec des possibilités réduites de contrebande et d’opérations policières, a déclaré mardi un rapport des Nations Unies, mais la guerre en Ukraine pourrait maintenant avoir provoqué une nouvelle surtension.

L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime a déclaré dans son septième rapport mondial sur la traite des êtres humains que le nombre de victimes de la traite détectées avait chuté de 11 % en 2020, la dernière année pour laquelle des données sont disponibles dans la plupart des pays.

« En 2020, pour la première fois, le nombre de victimes surveillées a diminué dans le monde », a ajouté le bureau dans un résumé du rapport, ajoutant que les baisses les plus importantes ont été enregistrées dans les pays à revenu faible et intermédiaire, en particulier en Amérique du Sud et centrale. .

Ainsi qu’en Afrique subsaharienne, en Asie de l’Est et dans la région du Pacifique.

« Ce changement de tendance pourrait être le résultat de trois facteurs différents qui affectent particulièrement les pays à revenu faible et intermédiaire pendant la pandémie :

Diminution de la capacité institutionnelle à détecter les victimes, manque d’opportunités d’emploi pour les passeurs en raison des restrictions de la lutte contre le COVID-19 et déplacement de certains modèles de traite vers des zones moins claires et moins d’opportunités pour les surveiller.

Il a déclaré que les données préliminaires pour 2021 de seulement 20 pays indiquaient de nouvelles baisses cette année-là dans certaines parties de l’Asie du Sud-Est, de l’Amérique centrale et des Caraïbes.

La traite à des fins d’exploitation sexuelle a connu la plus forte baisse, à 24 %. Pour la première fois depuis que le bureau a commencé à collecter des données, indique le rapport.

La traite dans ce groupe en pourcentage de l’ensemble s’est avérée à peu près au même niveau que la traite pour le travail forcé à environ 39 % chacun.

Il a ajouté que les conflits entraînent une augmentation de la traite des êtres humains et que la guerre en Ukraine ne devrait pas faire exception.

« L’urgence des réfugiés en Ukraine augmente le risque de traite de la population ukrainienne déplacée », a déclaré le bureau.

    la source :
  • Reuters