SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

La Libye entre la diplomatie de réconciliation et la guerre de « correction »

La Libye connaît des développements rapides à plus d’un niveau, tandis qu’un mystérieux déploiement militaire a été observé dans certaines zones de la capitale Tripoli.

Le Premier ministre du Gouvernement libyen d’unité nationale (UNITY), Abdelhamid Dabiba, a salué les efforts visant à mettre fin à ce qu’il a décrit comme une « crise et une congestion », dans le premier signe officiel de mouvements militaires dans la capitale Tripoli.

Il a écrit sur son compte Facebook « Non à la guerre, oui à la vie, la sécurité, la stabilité et le caractère sacré du sang est une ligne rouge ».

Dans un développement remarquable, un groupe de commandants militaires de Misrata, dont Salah Badi, une figure éminente connue pour son militantisme, a annoncé la lutte pour ce qui a été décrit comme une « bataille de correction », dans le but de « supprimer les objets suspects ».

Dans une déclaration vidéo, ils ont déclaré qu’ils rejetaient l’élection présidentielle et appelaient uniquement à des élections parlementaires « conditionnelles et accélérées » pour « sortir le pays de ce blocage politique ».

Ils ont également appelé la communauté internationale et la Mission d’appui des Nations Unies en Libye à « cesser de contribuer à la destruction de la Libye et à ne pas réduire la scène à des criminels et à des objets qui ont illégalement monopolisé la légitimité ».

La capitale Tripoli a été témoin du déploiement de véhicules blindés dans certaines zones accompagné du blocage de certaines rues avec des clôtures en terre battue, en particulier dans la banlieue sud de Tripoli, en plus de la suspension des études à l’Université de Tripoli en raison des « conditions de sécurité », et de l’appel aux étudiants à quitter le campus, avec la suspension des transports publics.

Sur le plan politique, Abdelhadi Al-Saghir, membre du parlement libyen, s’est adressé au chancelier Aguila Saleh, déclarant impossible la tenue d’élections et lui demandant de revenir à la présidence de la Chambre des représentants.

Réunion des candidats à la présidence

Un certain nombre de candidats à l’élection présidentielle libyenne ont confirmé mardi qu’ils respectaient la volonté des Libyens de choisir leurs représentants pour diriger le pays dans la période à venir.

Lors d’une conférence de presse à Benghazi après leur réunion, les candidats ont confirmé que la réunion était à l’invitation du candidat Khalifa Haftar, afin d’unir les efforts nationaux pour faire face aux défis et aux données que la Libye traverse ces jours-ci.

Mardi matin, une grande réunion a eu lieu entre un certain nombre de candidats à la présidence de toutes les régions de Benghazi, dans l’est de la Libye, pour discuter du plan post-électoral.