SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

La loi martiale russe dans les territoires occupés suscite la crainte des Ukrainiens

La Russie a intensifié ses mesures de sécurité, mercredi, sur son territoire et dans certaines régions d’Ukraine, dans le but de donner aux responsables locaux des pouvoirs accrus pour maintenir l’ordre public, y compris dans les zones récemment annexées par Moscou de son voisin, a rapporté le journal américain « Wall Street Journal ».

Le journal souligne que l’application de la loi martiale, qui entrera en vigueur jeudi, confère aux fonctionnaires soutenus par Moscou dans les territoires occupés un certain nombre de pouvoirs.

Selon la loi russe, ces pouvoirs comprennent les couvre-feux, la détention jusqu’à 30 jours pour toute personne, les restrictions à la liberté de mouvement, la réinstallation forcée et l’arrestation des citoyens de tout pays dont on pense qu’il mène une guerre contre la Russie.

Il a ajouté que des mesures de sécurité strictes ont été introduites en Crimée, que Moscou a annexée en 2014, où la ville côtière de Sébastopol abrite la flotte russe de la mer Noire.

Le Journal a cité le conseiller politique russe et ancien rédacteur de discours du Kremlin, Abbas Glimov, qui a déclaré : « En général, cela ne ressemble pas à un conflit avec un ennemi extérieur, mais plutôt à une tentative d’empêcher le déclenchement d’une révolution à l’intérieur du pays. »

Des centaines de milliers d’hommes, selon le journal, ont fui le pays pour éviter la conscription, alors que les sondages d’opinion et les médias sociaux montrent que les Russes sont de plus en plus craintifs et anxieux face à la guerre.

Cette inquiétude croissante menace de fragiliser le gouvernement de Poutine, qui se prépare à gérer les prochaines étapes de la guerre.

À son tour, le magazine américain « Newsweek » a rapporté que le décret de loi martiale pourrait conduire à forcer les Ukrainiens à se battre contre l’armée de leur pays, alors que le dirigeant russe cherche à renforcer son offensive chancelante.

Le magazine cite le chef du département des sciences politiques de la Northwestern University, William Reno, qui a déclaré que dans les zones où la loi martiale entrera en vigueur aujourd’hui, les civils ukrainiens pourraient également être laissés « vulnérables au recrutement dans les formations militaires russes ».

« Si les Ukrainiens sont contraints de combattre leurs concitoyens, l’intention pourrait être de compliquer les efforts du gouvernement ukrainien pour réintégrer ces régions. Les efforts pour réaffirmer le contrôle ukrainien seront compliqués par les multiples accusations sur qui a coopéré et qui n’a pas coopéré avec les occupants russes… L’histoire montre que ce processus est très désagréable », a-t-il ajouté.

« La loi martiale semble donner aux autorités russes la justification légale dont elles ont besoin pour déplacer de force des segments de la population ukrainienne, une caractéristique des efforts soviétiques visant à remodeler les équilibres ethniques dans un sens plus favorable au contrôle de l’État », a ajouté Reno.

« La même chose pourrait être en place dans les zones de l’Ukraine occupées par la Russie », a déclaré Reno à Newsweek. Selon lui, Poutine pourrait utiliser la loi martiale pour envoyer le signal que la présence de la Russie dans ces zones est « permanente et irréversible, rendant tout processus de négociation futur très difficile ».