SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

La Maison Blanche : Les menaces de l’Iran contre les responsables de l’administration de Trump sont inacceptables

La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que les menaces du gouvernement iranien contre des responsables de l’administration de l’ancien président Donald Trump sont « inacceptables. »

« Je ne peux pas entrer dans les détails, nous, en tant qu’Américains, différons dans notre politique envers l’Iran et bien sûr sur d’autres questions, mais nous sommes unis dans notre détermination contre les menaces et les provocations », a déclaré Psaki lors d’une conférence de presse mardi.

Elle a ajouté : « Nous sommes unis dans la défense de notre peuple et nous protégerons et défendrons notre peuple, mais je n’ai pas l’intention d’entrer dans les détails, et il est certain que nous avons entendu des déclarations publiques troublantes de la part des autorités iraniennes sur des individus de la précédente administration américaine, avant même que leurs sanctions soient annoncées à la fin de la semaine, et c’est inacceptable. »

Et le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, avait averti l’Iran dans un communiqué en réponse à l’inscription de 52 citoyens américains sur la liste des sanctions pour l’implication dans l’assassinat du commandant de la Force Al-Qods des Gardiens de la révolution, le général Qassem Suleimani, en déclarant : « Ne vous trompez pas, les États-Unis protègent leurs citoyens. »

Samedi dernier, le ministère iranien des Affaires étrangères a publié une déclaration annonçant l’imposition de sanctions à l’encontre de plus de 50 citoyens américains, dont de hauts responsables de l’administration de Donald Trump, pour leur participation présumée à l’assassinat de Qassem Suleimani.

Ces derniers jours, à l’occasion du deuxième anniversaire de l’assassinat de Qassem Suleimani, de hauts responsables iraniens, dont le président Ebrahim Raissi et le commandant de la force Al-Qods des Gardiens de la révolution iraniens, le général Esmail Ghaani, ont menacé de prendre des mesures de rétorsion contre les responsables de l’administration de Donald Trump.

Aussi, le commandant en chef des Gardiens de la révolution, le général Hossein Salami, a déclaré hier à propos de l’assassinat de Suleimani que « Les responsables américains devraient savoir qu’il n’est pas possible d’attaquer un peuple et de rester en sécurité en évitant toute forme de punition. »