SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

La Maison Blanche : Un accord américano-israélien pour empêcher l’Iran d’obtenir des armes nucléaires

La Maison Blanche a annoncé, mercredi, que « les responsables américains et israéliens ont convenu que les progrès rapides de l’Iran dans son programme nucléaire constituent une grave menace pour la région et pour la paix et la sécurité internationales ».

« Les responsables américains et israéliens ont discuté de la nécessité de faire face à tous les aspects de la menace iranienne, y compris le programme nucléaire, les activités déstabilisatrices et le soutien aux groupes terroristes agissant par procuration », a déclaré la Maison Blanche, selon Reuters.

Auparavant, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, avait déclaré que l’Amérique et Israël étaient à la croisée des chemins sur plusieurs questions de sécurité. Lors d’une rencontre avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett, Sullivan a ajouté qu’une vision commune israélo-américaine de la sécurité devait être développée.

Le bureau de Bennett a également distribué un clip vidéo de la réunion et a déclaré dans un communiqué que leurs discussions portaient sur l’Iran et les efforts des puissances mondiales pour relancer l’accord nucléaire de 2015.

« Ce qui s’est passé à Vienne a de profondes implications pour la stabilité du Moyen-Orient et la sécurité d’Israël dans les années à venir », a déclaré Bennett à Sullivan, faisant référence aux négociations qui ont eu lieu avec l’Iran ce mois-ci.

Aujourd’hui, mercredi, Bennett a eu des entretiens avec Sullivan, axés sur le dossier iranien, et qui sont intervenus après qu’Israël ait renouvelé son opposition à la relance de l’accord nucléaire de 2015 sur le programme iranien.

Sullivan est arrivé en Israël mardi en fin de journée et a ensuite rencontré le président Isaac Herzog, qui a exprimé son « inquiétude quant aux progrès réalisés en vue de la possession d’armes nucléaires par l’Iran sous le couvert des négociations de Vienne ».

De plus, Israël s’oppose aux pourparlers de Vienne visant à relancer l’accord négocié entre Téhéran et les grandes puissances, qui a permis la levée de nombreuses sanctions imposées à Téhéran, en échange de la limitation de ses activités nucléaires et de la garantie de la paix de son programme.

Et Bennett a demandé l’arrêt des négociations qui ont repris le mois dernier, accusant l’Iran de « chantage nucléaire ». Israël, qui considère l’Iran comme son ennemi, craint que Téhéran n’atteigne bientôt le « seuil nucléaire », c’est-à-dire qu’il dispose de suffisamment de combustible pour produire une bombe atomique.

La visite de Sullivan a été précédée de déclarations à la presse d’un haut responsable de l’administration américaine, au cours desquelles il a déclaré que l’Iran serait « en tête de l’ordre du jour » de sa visite en Israël, au cours de laquelle il doit rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas en Cisjordanie occupée.

De son côté, le négociateur en chef américain sur l’Iran, Rob Malley, a déclaré mardi à CNN qu’il ne restait que « quelques semaines » pour sauver l’accord. Si Téhéran poursuivait ses activités nucléaires au rythme actuel, Malley a ajouté qu’ « Alors il n’y aura pas d’accord qui pourra être relancé ».

Washington était l’un des signataires de l’accord avant que l’ancien président Donald Trump n’annonce son retrait de l’accord en 2018. L’administration du président Joe Biden a prévenu qu’il était peut-être trop tard pour relancer le plan d’action global conjoint.

« Cela dépend vraiment du rythme de leurs travaux nucléaires (de l’Iran) », a déclaré Malley, notant que « nous aurons plus de temps s’ils arrêtent les progrès nucléaires. »

L’Iran affirme ne vouloir développer que sa capacité nucléaire civile, mais les puissances occidentales considèrent que son stock d’uranium enrichi dépasse largement cette limite et pourrait être utilisé pour développer une arme nucléaire.

En outre, la Maison Blanche avait annoncé que Sullivan se rendrait en Israël et en Cisjordanie pour des consultations sur l’Iran et bien d’autres questions. La maison blanche a ajouté qu’outre sa rencontre avec le Premier ministre israélien, Sullivan se rendra à Ramallah pour des entretiens avec le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Cette annonce intervient alors que la chaîne israélienne « Channel 13 » a rapporté que le président américain Joe Biden a refusé de répondre aux appels du Premier ministre israélien Bennett il y a trois semaines. Selon un rapport de presse, le président américain refuse de discuter de la question iranienne avec le Premier ministre israélien. Et la chaîne a révélé que le bureau de Bennett tente de coordonner un appel téléphonique avec Biden, mais la Maison Blanche n’a pas répondu à la demande israélienne jusqu’à ce moment.

Il convient de noter qu’il existe une différence entre les points de vue de Washington et de Tel-Aviv sur le dossier nucléaire iranien. Alors que l’administration américaine souhaite revenir à l’accord nucléaire, Israël estime que la communauté internationale doit s’unir pour contraindre Téhéran à abandonner son projet nucléaire.

Jeudi dernier, les États-Unis et Israël ont discuté au Pentagone de la conduite d’exercices militaires conjoints pour faire face aux ambitions nucléaires de l’Iran, au moment où les difficiles négociations sur le programme nucléaire de Téhéran ont repris à Vienne.

Et la Maison Blanche a annoncé que les Etats-Unis travaillent à la préparation de nouvelles mesures envers l’Iran, qu’ils prendront en cas d’échec des négociations sur le dossier nucléaire à Vienne.

La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré lundi que, compte tenu de la position de l’Iran sur le dernier cycle de négociations, le président Joe Biden a demandé à l’équipe de sécurité nationale de se préparer à un échec de la diplomatie et d’envisager d’autres options.

Psaki a ajouté que ce travail est en cours, et qu’il y a également des consultations à cet égard avec de nombreux partenaires dans le monde.

    la source :
  • alarabiya