SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2021, Monday |

La mère du lutteur, Navid Afkari : le régime iranien est toujours fondé sur le crime

À l’occasion du premier anniversaire de l’exécution de son fils, Bahieh Namjoo, la mère du lutteur Navid Afkari, qui a été exécuté par les autorités iraniennes ce jour-là il y a un an, a déclaré que la vie quotidienne du régime iranien « tourne dans le sang » et que « ce régime est toujours fondé sur le crime », faisant référence à la torture et à l’exécution de son fils.

Bahieh a également souligné, aujourd’hui dimanche, dans un message adressé à un rassemblement d’Iraniens à Edmonton, au Canada, que la justice iranienne « a torturé mon fils de la manière la plus inhumaine pour qu’il avoue avoir tué une personne qu’il n’avait jamais vue ni connue. »

Il convient de noter que les autorités judiciaires iraniennes avaient accusé Navid Afkari d’avoir participé aux manifestations d’août 2018 à Shiraz, et d’avoir « tué un garde de l’unité de protection d’Abva » le 24 juillet 2018, et avaient prononcé une condamnation à mort à son encontre et l’avaient exécutée le 12 septembre 2020.

Par ailleurs, ses deux frères, Wahid Afkari, a été condamné à 54 ans, 6 mois et 74 coups de fouet, et Habib Afkari a été condamné à 27 ans, 3 mois et 74 coups de fouet.

Dans ce contexte, Bahieh a expliqué que la médecine légale a confirmé que ses enfants ont été torturés en prison, afin de se confesser mutuellement.

Il convient de noter que l’agence de presse Fars, affiliée aux gardiens de la révolution, a nié hier, samedi, l’existence de toute torture à l’intérieur de la prison dans un rapport sur Navid Afkari, justifiant la condamnation à mort par la diffusion de ses aveux forcés, selon Al-Arabiya.