SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

La milice du Hezbollah attaque « Al-Arabiya » pour ces raisons…

La milice du Hezbollah au Liban a publié une déclaration attaquant la chaîne « Al-Arabiya », sur fond d’un rapport publié par la chaîne documentant l’implication du parti dans le trafic de drogue.

Le réseau a publié un rapport dimanche dernier, citant des sources bien informées, selon lequel l’un des morts décédés lors d’une opération spécifique de l’armée jordanienne ce jour-là était lié aux milices, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

L’information a confirmé que le dossier de la fabrication de drogue et de son transfert entre le Liban et la Syrie est revenu sur le devant de la scène après que la Jordanie a annoncé le meurtre de 4 passeurs à la frontière syro-jordanienne dans une opération qualitative.

Elle a également indiqué qu’il travaillait dans le trafic de drogue et qu’il entretenait des relations étroites avec des dirigeants du « Hezbollah », et qu’il dirigeait un groupe local opérant dans la région sud de la Syrie, et qu’il comprenait des dizaines d’éléments issus de la population de Daraa et d’Al-Suwayda.

De même, des stupéfiants et des matières premières pour la fabrication de pilules de Captagon ont été passés en contrebande du Liban vers des zones de Qalamoun dans la campagne de Damas et d’Al-Qusayr dans la campagne de Homs, puis transférés dans le sud de la Syrie, au milieu d’informations confirmées sur l’intention des milices affiliées au Hezbolla de commencer à établir de nouvelles usines pour la fabrication de ces pilules à Al-Suwayda et Daraa, en coordination avec des officiers de la Division du renseignement militaire, selon l’observatoire.

Il convient de noter que plusieurs usines Captagon sont situées à la fois au Liban et en Syrie, en particulier près de la frontière libanaise, où nombre d’entre elles bénéficient de la couverture du Hezbollah ou lui sont fidèles, malgré le refus du parti de son implication dans ce commerce.

Alors que ces milices soutenues par l’Iran jouissent d’une influence dans les zones du régime depuis le déclenchement de la guerre dans le pays, et d’une présence armée dans de nombreuses régions syriennes.