SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

La nuit de Téhéran s’enflamme de protestations… et le nombre de victimes dépasse les 500

Plusieurs villes iraniennes, dont la capitale, Téhéran, ont été témoins de manifestations mardi soir, au cours desquelles des manifestants ont scandé des slogans anti-régime.

Lors de manifestations et de marches dans le quartier de Salsabil à Téhéran, les manifestants ont scandé depuis les balcons et les fenêtres : « Mort au dictateur ». Les manifestants ont également fermé la rue principale du quartier central de Téhéran.

Dans le quartier Téhéran Pars de la capitale, les manifestants ont scandé : « Pauvreté, corruption et prix élevés », « Nous marchons pour renverser le régime », « Nous jurons par le sang de nos camarades, nous tiendrons jusqu’au bout ».

Des manifestants dans la province du Golestan ont également scandé des slogans : « Cette année est l’année du sang… Khamenei tombera ».

Le nombre de victimes des manifestations nationales en Iran est passé à 506, selon le site Internet iranien Hrana for Human Rights, qui surveille les développements liés aux manifestations dans le pays, en publiant le dernier bilan des récentes manifestations jusqu’à mardi.

Le site d’information sur les droits de l’homme a confirmé que depuis le 17 septembre, début de la vague de protestations en cours en Iran, 506 personnes ont été tuées, dont 66 membres des forces de sécurité.

Hrana a également annoncé que 69 personnes de moins de 18 ans avaient été tuées et que certaines des jeunes victimes étaient devenues des icônes du mouvement de protestation.

Les statistiques indiquent que 161 villes à travers l’Iran ont été le théâtre de manifestations pendant plus de 3 mois, et un total d’environ 1 200 rassemblements de protestation ont été organisés dans les villes et universités iraniennes.

La panne d’internet à Sanandaj il y a deux jours

Netblacks, une organisation non gouvernementale qui supervise l’Internet mondial, a également rapporté mardi soir que les connexions Internet dans la capitale de la province iranienne du Kurdistan, Sanandaj, et ses environs étaient en panne depuis deux jours.

Il convient de noter que les régions kurdes et baloutches de l’ouest et du sud-est de l’Iran ont connu les plus grandes manifestations et que la plupart des victimes sont tombées, et la part des deux provinces parmi les détenus est la plus importante par rapport aux autres régions d’Iran.