SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 December 2022, Thursday |

La pire crise depuis des années… 100 millions de Chinois sont sans électricité !

Les villes et villages du nord-est de la Chine sont confrontés aux pires pannes d’électricité depuis des années, notamment dans les provinces de Liaoning, Heilongjiang et Jilin, qui comptent près de 100 millions d’habitants, selon Forbes.

Alors que Pékin s’efforce d’acheminer davantage de charbon vers les centrales électriques pour rétablir le courant, les petites entreprises chinoises, confrontées depuis longtemps à une crise énergétique, se tournent vers des générateurs diesel ou ferment leurs portes, tandis que les responsables du secteur pétrolier ont exprimé leurs inquiétudes quant aux stocks avant l’hiver et au déclin de l’industrie manufacturière dans la deuxième économie mondiale.

Le principal problème de la Chine étant le charbon, contrairement à l’Europe et à l’Amérique qui souffrent de pénuries de gaz, un rapport de Bloomberg indiquait la semaine dernière que les exploitants de centrales électriques au charbon en Chine peinent à acheter suffisamment de charbon pour faire fonctionner leurs centrales, et que certains sont contraints de fermer en raison d’un approvisionnement insuffisant en charbon.

En août, les exportations de la Chine ont augmenté plus rapidement que prévu, grâce à une forte demande mondiale, ce qui a permis d’alléger la pression sur la deuxième économie mondiale.

Malgré cela, les entreprises se débattent toujours sur le terrain, faisant face à une pression croissante, l’activité des usines ayant progressé à un rythme plus lent au cours du même mois, tandis que le secteur des services s’est replié dans la contraction, ainsi qu’une pénurie mondiale de semi-conducteurs ajoutant aux pressions sur les exportateurs.

De plus, l’activité des usines en Chine s’est réduite en septembre pour la première fois depuis février 2020. Depuis la semaine dernière, plus de 100 entreprises, dont des entreprises d’électronique, des industries manufacturières et des mines d’or, ont indiqué aux bourses qu’elles allaient « suspendre leur production », mais certaines d’entre elles sont revenues et ont repris le travail ces deux derniers jours.

Et le gouvernement affirme que sa priorité est d’assurer l’approvisionnement des foyers en électricité et en chauffage pendant l’hiver, et la société d’État China Petrochemical Industries Corporation (Sinopec) s’est engagée à augmenter les importations de gaz naturel liquéfié.

Cette annonce intervient alors que l’Association nationale chinoise du charbon a prévenu qu’elle n’était « pas optimiste » quant à l’approvisionnement en prévision de l’hiver, saison de la demande maximale, ajoutant que les stocks des centrales électriques sont désormais « clairement faibles ».

La proportion des stocks de charbon aux États-Unis a diminué en raison de l’augmentation des exportations, et les prix du charbon thermique sont 3 fois plus élevés qu’il y a un an. Selon les données de la Commission d’information sur l’énergie, les stocks de charbon américains pourraient tomber en dessous de la moitié des niveaux de stocks de l’année dernière d’ici la fin de l’année.

D’autre part, l’Europe souffre également d’une crise énergétique, en raison des problèmes dans les chaînes d’approvisionnement et de distribution au niveau mondial résultant des répercussions de la propagation du mutateur delta de Covid-19, car la dépendance de l’Europe au gaz naturel pour chauffer les maisons et répondre aux besoins des usines en énergie est plus forte que jamais, et la demande augmente malgré les efforts pour mettre fin à la dépendance au charbon, et une tendance générale à utiliser des sources d’énergie propres.

La Grande-Bretagne est également confrontée à une atmosphère agitée depuis plusieurs jours, alors que les files d’attente s’empilent devant les stations-service et que les rayons de nourriture semblent vides dans les images qui circulent dans les médias. Un état de peur général règne parmi les citoyens, à la lumière de la crise de pénurie d’essence et du chaos dans les stations-service.

En outre, l’hiver dans l’hémisphère nord devrait faire augmenter les prix du gaz naturel dans la plupart des régions du monde, en raison de la forte hausse prévue de la demande.

Il n’y a pas assez de gaz naturel pour alimenter l’économie qui se remet de la « période post-COVID-19 », et cela pose des obstacles au remplissage des stocks épuisés, avant l’arrivée des froids de décembre. Si l’hiver est froid, « l’inquiétude est qu’il n’y ait pas assez de gaz naturel » à utiliser pour le chauffage dans certaines parties de l’Europe, déclare Amos Hochstein, conseiller principal du département d’État pour la sécurité énergétique.