SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

La relance de l’accord nucléaire…L’Union européenne : Nous risquons de ne pas atteindre le dernier stade !

Les principales puissances occidentales se sont inquiétées de l’échec des diplomates américains et iraniens à relancer l’accord nucléaire de 2015, tandis que l’Union européenne a déclaré que les parties « pourraient ne pas être en mesure d’atteindre le point final ».

Dans ce contexte, un responsable américain a déclaré que les divergences se sont accentuées après l’échec des pourparlers de cette semaine.

Le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni pour discuter de la question un jour après que les pourparlers indirects entre les États-Unis et l’Iran à Doha se sont terminés sans aucun signe de progrès vers la relance de l’accord nucléaire.

En vertu de cet accord, l’Iran a restreint son programme nucléaire, rendant difficile la fabrication d’une arme nucléaire en échange de l’allègement des sanctions qui lui sont imposées par les États-Unis, les Nations unies et l’Union européenne.

Olof Skoog, l’ambassadeur de l’Union européenne auprès des Nations unies, a déclaré au Conseil de sécurité : « Je crains que nous ne soyons pas en mesure d’atteindre le point final. Mon message est le suivant : Profitez de cette occasion pour parvenir à un accord sur la base du texte qui est sur la table. Le moment est venu de dépasser les dernières questions en suspens, de parvenir à un accord et de relancer pleinement (l’accord nucléaire). »

L’Union européenne coordonne les discussions visant à relancer l’accord dont le président américain sortant Donald Trump s’est retiré en 2018 et a réimposé de sévères sanctions à l’Iran, l’incitant à commencer à violer les restrictions nucléaires qui lui ont été imposées près d’un an plus tard.

Dans ce contexte, un responsable américain a déclaré dans une interview accordée à Reuters que « les perspectives de parvenir à un accord après Doha sont pires qu’elles ne l’étaient avant Doha, et cela va se détériorer de jour en jour. » Le Conseil de sécurité s’est réuni pour examiner le dernier rapport publié par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, sur la mise en œuvre de la résolution du Conseil de sécurité de 2015 sur l’accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de plan d’action global conjoint.

Les diplomates américains, britanniques et français ont rendu l’Iran responsable de l’échec des efforts visant à relancer l’accord après plus d’un an de négociations. Barbara Woodward, ambassadrice de Grande-Bretagne auprès des Nations unies, a déclaré que l’Iran « doit accepter cet accord rapidement. Il n’y en aura pas un autre qui soit plus efficace ».

En outre, Rosemary Di Carlo, secrétaire générale adjointe aux affaires politiques de l’ONU, a indiqué que l’organisation internationale appelait l’Iran et les États-Unis à profiter de l’élan actuel pour parvenir à un accord.

« L’Iran n’a pas encore démontré une réelle volonté de parvenir à un accord ou de mettre fin à la crise nucléaire actuelle et de parvenir à la levée des sanctions », a déclaré Richard Mills, l’ambassadeur adjoint des États-Unis auprès des Nations unies, lors de la réunion.

Quant à l’ambassadeur français auprès des Nations unies, il a souligné que l’Iran n’a pas accepté l’offre sur la table, et a également ajouté d’autres questions qui ne relèvent pas du champ d’application du plan d’action global conjoint avec des demandes exagérées et irréalistes.

Cependant, l’Iran a qualifié les récents pourparlers de positifs et a déclaré qu’il était prêt à conclure un accord.

L’ambassadeur iranien auprès des Nations unies, Majid Takht Ravanchi, a souligné que « l’Iran a demandé aux États-Unis des garanties objectives et vérifiables, telles que le fait que le Plan d’action global conjoint ne sera pas à nouveau bouleversé, que les États-Unis ne violeront pas à nouveau leurs obligations et que les sanctions ne seront pas réimposées sous d’autres prétextes ou noms. »

« Nous avons pris au sérieux les négociations de Doha, qui ont été menées de manière sérieuse et positive… Notre équipe de négociation est prête à s’engager à nouveau de manière constructive pour parvenir à un accord », a-t-il ajouté.

Les diplomates chinois et russes ont critiqué les États-Unis. Le représentant de la Chine a appelé Washington à assouplir les sanctions unilatérales américaines contre l’Iran et la Russie et a exhorté toutes les parties à faire preuve de flexibilité.

    la source :
  • Reuters