SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

La révolution des enseignants en Iran continue…Manifestations dans 100 villes en raison de la situation de vie

Des milliers d’enseignants ont manifesté samedi dans plus de 100 villes iraniennes, pour protester contre la lenteur de la mise en œuvre des réformes relatives aux salaires et aux pensions, ont rapporté dimanche les médias locaux, selon l’Agence France-Presse.

Ces dernières semaines ont été marquées par une série de protestations de divers secteurs professionnels en Iran contre le niveau de vie, à la lumière de la crise économique que traverse le pays, principalement en raison des sanctions américaines.

Dans son édition de dimanche, le journal réformateur Etemad indique que des milliers d’enseignants ont participé à des rassemblements devant le siège du Conseil de la Choura (Parlement) à Téhéran, et les départements du ministère de l’Éducation dans la capitale et dans plusieurs villes comme Ispahan, Shizar et Mashhad.

Les enseignants réclament depuis des semaines l’accélération de la mise en œuvre de réformes salariales qui tiennent compte de leur expérience et les placent à un niveau parallèle à celui des employés des autres secteurs.

La semaine dernière, le Parlement a indiqué que le nouveau système de rémunération, dont la mise en œuvre a été retardée de plus d’un an, sera appliqué à partir de la nouvelle année en Iran, qui commence le 21 mars.

Etemad a indiqué que les enseignants protestataires ont demandé la libération de leurs collègues arrêtés lors de précédentes manifestations, et ont scandé des slogans, notamment : « De Téhéran à Khorasan (nord-est), des enseignants sont en prison ».

Il a cité des enseignants manifestants qui ont déclaré qu’une quinzaine d’entre eux avaient été arrêtés samedi.

Depuis des années, l’Iran connaît une grave crise économique et de vie, principalement due aux sanctions américaines, qui ont entraîné une dépréciation du taux de change de la monnaie et une augmentation de l’inflation.

La Banque mondiale a estimé le taux de baisse à environ 43 % entre avril et novembre derniers.

En janvier dernier, le Guide suprême de la République islamique, Ali Khamenei, a critiqué certaines des mauvaises décisions économiques prises par le gouvernement au cours de la dernière décennie, estimant qu’elles étaient à l’origine des indicateurs économiques insatisfaisants.

Au milieu du mois dernier, des centaines d’enseignants ont manifesté à travers l’Iran pour protester contre la lenteur de la mise en œuvre de la réforme des salaires et des retraites.

Dans la province de Gilan, sur la mer Caspienne, environ 150 enseignants sont descendus dans les rues de Rasht, tandis que 70 autres ont manifesté à Lahijan, selon la télévision d’État iranienne.

Les manifestants ont scandé des slogans tels que : « Si les détournements de fonds cessent, nos problèmes seront résolus » et « Nous n’avons entendu que des promesses, nous n’avons pas vu la justice ».

À Ispahan, troisième ville du pays, environ 300 enseignants ont manifesté, selon l’agence de presse Mehr, qui a également indiqué qu’une autre manifestation était organisée dans la province de ShaharMahal-Bakhtiari, au sud-est de l’Iran.

Les réseaux sociaux ont montré des manifestations similaires à Nishapur (nord-est), Kermanshah (ouest) et Khorramshahr (sud-ouest).

Les manifestants demandent au gouvernement d’accélérer les procédures de mise en place d’un système de classement des enseignants, basé sur leur expérience et leurs performances, et demandent également que leurs pensions soient alignées avec les salaires des enseignants en activité dès que possible.