SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 December 2022, Wednesday |

La Russie a été suspendue du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’Assemblée générale des Nations unies, qui comprend 193 États membres, a voté jeudi la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour son invasion de l’Ukraine, avec 93 voix pour.

Vingt-quatre pays se sont opposés à cette suspension, la deuxième dans l’histoire des Nations unies après une résolution sur la Libye en 2011, tandis que 58 pays se sont abstenus de voter.

Cependant, les votes d’abstention n’ont pas été pris en compte dans la limite de la majorité requise des deux tiers, limitée aux seuls votes pour et contre.

Cette décision constitue un coup dur pour la Russie à l’ONU, qui a publié début mars une résolution de l’Assemblée générale appelant Moscou à cesser sa guerre contre l’Ukraine.

Cette décision intervient après la découverte de dizaines de corps dans la banlieue ukrainienne de Bucha après le retrait des forces russes de celle-ci, qui a provoqué un ressentiment international généralisé et l’Occident les a considérés comme rien de moins que des « crimes de guerre ».

Jeudi, un haut responsable de l’ONU a annoncé lors d’une visite à Bucha que l’enquête sur les circonstances du meurtre des victimes de Bucha serait la « prochaine étape ».

« Le monde est sous le choc », a déclaré Martin Griffiths, le sous-secrétaire général de l’ONU aux affaires humanitaires, à un responsable de la municipalité de Bucha, soulignant que « la prochaine étape est une enquête ».

Le diplomate britannique est arrivé à Bucha vers 13H00 GMT, accompagné d’Amin Awad, le coordinateur des Nations unies pour la crise en Ukraine, selon un correspondant de l’AFP.

Ils se sont dirigés vers l’hôtel de ville quelques minutes après que le drapeau ukrainien a été hissé sur le toit du bâtiment officiel pour la première fois depuis l’occupation russe de la ville.

Griffiths s’est ensuite rendu avec un fonctionnaire municipal au charnier creusé par les Ukrainiens près de l’église afin de faire face à la quantité de corps, selon un correspondant de l’AFP.

    la source :
  • Alhurra