SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

La Russie accuse la marine britannique d’avoir fait exploser les pipelines Nord Stream

Le ministère russe de la Défense a affirmé que des membres de la marine britannique avaient fait exploser le gazoduc Nord Stream le mois dernier, accusant directement la Grande-Bretagne, membre éminent de l’OTAN, de saboter des infrastructures russes vitales.

Le ministère de la Défense n’a fourni aucune preuve à l’appui de son accusation. Elle a déclaré que des « spécialistes britanniques » de la même unité avaient dirigé plus tôt les attaques ukrainiennes avec des drones contre des navires de la flotte russe en mer Noire dans la région de Crimée, dont elle avait annoncé que les forces russes les avaient largement repoussés, un dragueur de mines russe souffrant dommages mineurs.

« Selon les informations disponibles, le personnel de la marine britannique a participé à la planification, au soutien et à l’exécution d’une attaque terroriste en mer Baltique le 26 septembre de cette année – avec le bombardement des gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2 », a déclaré le dit le ministère.

Une forte baisse de pression a été enregistrée dans les deux pipelines le 26 septembre et les sismologues ont détecté des explosions, provoquant une vague de spéculations sur le sabotage de l’un des corridors énergétiques les plus importants de Russie.

La Russie a précédemment accusé l’Occident des bombardements du mois dernier, qui ont endommagé les pipelines russes Nord Stream 1 et Nord Stream 2 au fond de la mer Baltique.

Cependant, la Russie n’a pas encore fourni de détails précis sur les responsables des dommages causés aux deux gazoducs, qui étaient auparavant les deux plus grandes voies d’acheminement du gaz russe vers l’Europe.

Le Kremlin a déclaré à plusieurs reprises que les allégations sur la responsabilité de la Russie dans les dommages étaient « insensées ». Les responsables russes ont indiqué que Washington était motivé par son désir de vendre plus de GNL à l’Europe.

    la source :
  • Reuters