SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

La Russie établit une liste de « pays ennemis »

Le gouvernement russe a annoncé, lundi, une liste de pays qui commettent des actes « hostiles », en plein milieu des opérations militaires du pays dans l’Ukraine voisine, au milieu d’une large condamnation occidentale.

L’approbation de cette liste intervient alors que le président russe Vladimir Poutine en avait émis l’idée il y a deux jours, dans le but de répondre aux sanctions imposées sans arrêt depuis que la Russie a commencé ses opérations militaires le 24 février.

La liste hostile comprend l’Australie, la Grande-Bretagne, les pays de l’UE, l’Islande, le Canada, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, Saint-Marin, Singapour, les États-Unis, Taïwan, l’Ukraine, le Monténégro, la Suisse et le Japon.

Moscou avait évoqué des mesures punitives qu’elle prendrait également en réponse aux actions hostiles de ces pays à son encontre.

Plus tôt, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré qu’une ligne directrice visant à imposer des sanctions à la Russie en réponse à son invasion de l’Ukraine causerait de « graves dommages » à l’économie russe tout en limitant les répercussions qui pourraient nuire aux Américains et aux Européens.

Yellen a également déclaré, lors d’une réunion économique à l’université de Stanford, qu’il était important de travailler avec les alliés des États-Unis sur un ensemble de mesures qui pourraient être renforcées en réponse aux actions du président russe Vladimir Poutine, conduisant à des sanctions sévères contre la Banque centrale russe.

Les pays occidentaux se concentrent sur l’imposition de sanctions économiques afin de nuire au gouvernement russe, tout en soulignant qu’ils évitent toute implication directe dans la guerre en cours en Ukraine.