SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

La Russie : l’Ukraine est entrée dans la phase finale de fabrication d’une « bombe sale »

Lundi, le ministère russe de la Défense a renouvelé ses allégations selon lesquelles l’Ukraine « est entrée dans la phase finale de la construction de cette bombe, soulignant que si elle explosait, des matières radioactives pourraient recouvrir la Pologne ».

Elle a expliqué que si la « bombe sale » explose, les matières radioactives se répandront dans l’atmosphère à une distance de 1 500 km.

À son tour, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a souligné que la menace ukrainienne concernant la « bombe sale » était réelle.

Il a également estimé que « c’est à l’Occident de décider s’il veut y croire ou non », selon ce qui a été rapporté par l’agence russe Spoutnik.

Pas d’intention de la France et de l’Allemagne

En revanche, Peskov a estimé que ni Paris ni Berlin ne font d’efforts pour trouver une solution. Il a déclaré que le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz « n’ont exprimé aucun désir d’écouter la position de la partie russe ni de participer à des efforts de médiation ».

Il est à noter que le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait fait part, dimanche, lors d’entretiens téléphoniques avec ses homologues français, turc et américain, de son inquiétude face à ce qu’il considérait comme « de possibles provocations de Kyiv à l’aide d’une « bombe sale ».

Un avertissement occidental

Cependant, l’Amérique, la Grande-Bretagne et la France ont confirmé plus tard dans une déclaration commune leur rejet de ces allégations, mettant en garde Moscou contre tout prétexte pour aggraver le conflit.

Depuis le lancement de l’opération militaire russe sur le territoire ukrainien le 24 février, les craintes ont augmenté que le conflit s’étende et se dirige vers des tournants dangereux aux conséquences inquiétantes.

Surtout après que le président russe Vladimir Poutine a fait allusion à la possibilité d’utiliser la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre.

À l’époque, il a confirmé qu’il était prêt à utiliser « tous les moyens » de son arsenal contre l’Occident, si une menace pour la sécurité et le territoire de son pays touchait, un signe que de nombreux experts occidentaux ont interprété comme faisant référence aux armes nucléaires tactiques.