SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

La Russie: Nous ne fournirons pas de gaz gratuitement à l’Europe

Le Kremlin a déclaré lundi que la Russie cherchait les voies et moyens d’accepter la valeur de ses exportations de gaz dans sa monnaie locale, et qu’elle prendrait ses décisions au bon moment au cas où les pays européens s’abstiendraient de payer en roubles.

Lors d’une réunion des dirigeants de l’UE vendredi dernier, aucun terrain d’entente ni aucune position unifiée n’ont émergé face aux demandes de la Russie la semaine dernière selon lesquelles les pays « inamicaux » paieraient le gaz en roubles, et non en euros, après que les États-Unis et leurs alliés européens se soient mis d’accord sur un ensemble de sanctions. contre la Russie.

Les inquiétudes concernant la sécurité des approvisionnements se sont accrues après la demande russe, à un moment où les entreprises et les pays de l’Union européenne s’efforçaient d’en comprendre les répercussions.

La Banque centrale russe, le gouvernement et Gazprom, dont les approvisionnements représentent 40 % des importations européennes de gaz, doivent soumettre leurs propositions de paiement du gaz en roubles au président Vladimir Poutine d’ici le jeudi 31 mars.

« Nous ne donnerons pas d’essence gratuitement. C’est clair. Dans notre situation actuelle, il n’est ni possible ni approprié de faire du travail caritatif (avec des clients européens) », a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, lors d’une conférence téléphonique.

Le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, dans une interview à la station Welt vendredi, a conseillé aux entreprises allemandes fournissant des services énergétiques de ne pas payer le gaz russe en roubles.

Le conseiller économique en chef du gouvernement italien a déclaré la semaine dernière que l’Italie paierait toujours le prix en euros à la Russie.

« Le seul gros problème en Europe, c’est le gaz, et la Russie nous demande de payer en roubles, ce que nous n’avons pas et qui n’est pas dans le contrat », a déclaré Claudio Descalzi, PDG du groupe énergétique italien Eni, lors d’un forum sur l’énergie à les Émirats arabes unis lundi.

L’Union européenne s’est fixé pour objectif de réduire de deux tiers sa dépendance au gaz russe cette année et d’arrêter les importations de combustibles fossiles russes d’ici 2027.

Vendredi, les États-Unis ont déclaré qu’ils fourniraient 15 milliards de mètres cubes de gaz naturel liquéfié à l’Union européenne cette année.

Les installations américaines de GNL fonctionnent à pleine capacité et les analystes affirment que la majeure partie de tout gaz américain supplémentaire envoyé en Europe sera coupée des exportations destinées à d’autres régions.

Les exportations de gaz russe vers l’Union européenne ont été estimées à 155 milliards de mètres cubes l’an dernier.