SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

La Russie prête à reprendre les pourparlers de paix avec l’Ukraine

Alors que la guerre entre dans son quatrième mois et que les négociations entre Moscou et Kiev stagnent, l’assistant présidentiel russe Vladimir Medinsky a déclaré dimanche que la Russie était prête à poursuivre les pourparlers avec l’Ukraine, qui ont été gelés à l’initiative de Kiev.

Dans une interview télévisée accordée à la chaîne biélorusse ONT, il a expliqué que la balle était dans le camp de l’Ukraine pour reprendre les pourparlers de paix, notant que le gel était entièrement ukrainien.

Nous n’avons pas refusé d’avoir des pourparlers.

Il a également déclaré que son pays n’avait pas refusé de tenir les pourparlers, y compris au niveau supérieur, notant que le président russe Vladimir Poutine l’avait fait à plusieurs reprises, a rapporté l’agence de presse russe TASS.

Il a souligné que des préparatifs sérieux et nécessaires étaient nécessaires pour une réunion de haut niveau et une réunion entre les présidents.

Il a déclaré « Les chefs d’État doivent se réunir pour parvenir à des accords définitifs et signer des documents, mais pas pour prendre des photos ».

Dans le même ordre d’idées, le responsable russe a noté qu’un mois plus tôt, la partie russe avait envoyé à la partie ukrainienne un projet d’accord, affirmant qu’elle s’était déjà mise d’accord sur le nombre de points clés.

Il a ajouté « Moscou voulait aller de l’avant, mais depuis lors, nous n’avons vu aucune intention de poursuivre le dialogue de la part de l’Ukraine ».

Ces remarques sont intervenues après que les deux parties ont confirmé ces derniers jours que les négociations de paix étaient au point mort depuis avril, tout en se blâmant mutuellement pour cela.

Ces dernières semaines, cependant, il y a eu peu de contacts entre les deux parties.

Alors que Moscou insiste pour désarmer Kiev et protéger les russophones dans l’est de l’Ukraine, ainsi que pour l’empêcher de rejoindre l’OTAN, Kiev s’en tient à son indépendance et protège son territoire, exigeant des garanties de sécurité internationale qui empêchent toute attaque russe future, et refuse de céder tout territoire « occupé » par les forces russes.

« Alors, nos négociateurs se sont arrêtés. On dirait qu’ils (l’Ukraine) sont pressés. La balle est dans leur camp. »

La dernière rencontre entre les délégations russes dirigées par Vladimir Medinsky et l’Ukrainien dirigé par David Arakhamia a eu lieu le 22 avril, ont confirmé les agences officielles russes.

Depuis le lancement de l’opération russe sur le territoire du voisin occidental, le 24 février, plusieurs séries de pourparlers ont eu lieu soit directement, soit en ligne, mais n’ont pas abouti à des accords conduisant à une trêve permanente et aux bases d’une solution entre les deux pays.