SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

La Russie s’accroche aux demandes sur ses exportations d’engrais

La Russie insiste sur la nécessité de permettre à ses exportations de denrées alimentaires et d’engrais d’atteindre les marchés mondiaux sans entrave, après avoir mené ce qu’elle a qualifié d' »échange de vues approfondi » la veille à Genève avec des responsables des Nations unies.

Une déclaration du ministère russe des Affaires étrangères n’a pas abordé la question de savoir si Moscou était prête à renouveler l’Initiative de la mer Noire, qui a été convenue en juillet et a permis à l’Ukraine de reprendre ses exportations de céréales, un accord qui expirera le 19 novembre.

Les Nations Unies affirment que l’accord a permis l’exportation de 10 millions de tonnes de céréales et d’autres denrées alimentaires d’Ukraine, contribuant ainsi à éviter une crise alimentaire mondiale.

Cependant, la Russie s’est plainte à plusieurs reprises que ses expéditions de céréales et d’engrais, bien qu’elles ne soient pas directement visées par les sanctions occidentales, n’atteignent pas les marchés mondiaux en raison des sanctions qui restreignent l’accès des compagnies maritimes au financement, aux assurances et aux ports.

La déclaration de Moscou a noté que les expéditions de céréales de l’Ukraine et la « normalisation » des exportations agricoles russes étaient deux parties indissociables d’un ensemble unique de mesures visant à assurer la sécurité alimentaire mondiale.

« Il a été souligné que seul le fait d’assurer un accès sans entrave aux produits alimentaires et aux engrais russes sur les marchés mondiaux permettrait d’atteindre la stabilité des prix », a-t-elle déclaré dans sa déclaration lors des pourparlers de vendredi.

En outre, les Nations Unies ont déclaré que les participants « restent déterminés à mettre en œuvre l’Initiative céréalière de la mer Noire et ont eu des discussions constructives sur sa poursuite ».

L’Ukraine accuse la Russie de faire pression sur le monde avec l’arme de la faim, tandis que la Russie, qui a lancé le 24 février une invasion du territoire ukrainien, nie avoir utilisé la question des céréales comme un outil pour gagner de l’influence dans le conflit.

De plus, la Russie a brièvement suspendu sa participation à l’accord le 29 octobre après une attaque contre sa flotte en mer Noire, mais le président russe Vladimir Poutine n’a rétabli son pays dans l’accord que quatre jours plus tard après la médiation du président turc Recep Tayyip Erdogan.

    la source :
  • Reuters