SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

La situation est très dangereuse … La Russie se rapproche de la guerre contre l’Ukraine

La présidence russe a averti que les tensions militaires dans la région du Donbass, au sud-est de l’Ukraine, se sont considérablement intensifiées au cours des dernières 24 heures.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a confirmé hier aux journalistes que la présidence russe suivait les rapports sur l’évolution de la situation dans le sud-est de l’Ukraine, accusant Kiev d’avoir mobilisé d’ « énormes capacités offensives » sur la ligne de contact avec les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk.

Il a déclaré : « Au cours des dernières 24 heures, nous avons suivi des rapports alléguant que la Russie a maintenu d’énormes capacités offensives à la frontière, mais nous parlons de nos propres terres. Mais il n’y a pas un seul responsable occidental qui parle des énormes capacités offensives que les forces armées ukrainiennes ont amassées à la ligne de contact. »

Peskov a décrit la situation actuelle dans le Donbass comme « très dangereuse, étant donné les actions provocatrices (de Kiev) qui se sont intensifiées au cours du dernier jour ou de quelques jours. »

Dans le même temps, le porte-parole a accusé les représentants de nombreux pays et organisations occidentaux, dont l’OTAN, de lancer « une agression médiatique flagrante contre notre pays et contre la réalité de la situation avec leurs déclarations. »

Moscou a nié à plusieurs reprises avoir des plans pour attaquer l’Ukraine, accusant l’Occident d’alimenter l’hystérie sur cette question afin de fabriquer un prétexte pour pomper des armes dans ce pays.

D’autre part, le ministre britannique des forces armées, James Heappey, a indiqué que la Russie se « rapproche » d’une guerre contre l’Ukraine, malgré l’annonce par Moscou du retrait de certaines de ses forces déployées aux frontières de ce pays voisin.

Heappey a affirmé, dans une interview accordée à la chaîne « Sky News » aujourd’hui, jeudi, que l’annonce faite par la Russie du début du retrait de ses forces des frontières de l’Ukraine ne correspond pas à la réalité et représente « une tromperie », en disant : « Malheureusement, malgré le message qui est venu du Kremlin que les forces commencent à se retirer des frontières. Nous avons vu au cours des dernières 48 heures le contraire, et plus de troupes arrivent là-bas. »

Le ministre a souligné que les États-Unis ont parlé, dans un briefing tenu hier soir, du déploiement par la Russie de sept mille soldats supplémentaires aux frontières de l’Ukraine, ajoutant : « Ce n’est pas exactement le nombre que nous reconnaissons ici à Londres, mais cela montre certainement que davantage de forces se dirigent vers les frontières de l’Ukraine. Et des travaux sont en cours pour construire des ponts et des hôpitaux civils, et tout cela, je pense, est inquiétant et confirme que l’ « invasion russe » de l’Ukraine est imminente, voire inévitable. »

Heappey a déclaré que le groupe de forces russes déployées à la frontière (qui, selon les estimations occidentales, compte 145 000 soldats) n’est pas suffisant pour contrôler complètement l’Ukraine, mais que ces forces contourneraient la région du Donbass, contrôleraient le port ukrainien d’Odessa et constitueraient une menace pour la capitale, Kiev.

    la source :
  • RT