SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

La tension monte entre la France et la Grande-Bretagne au sujet des passages de migrants

La tension est montée dans les relations entre la France et la Grande-Bretagne, mercredi, au sujet des bateaux de migrants traversant la Manche, après que des responsables français ont rejeté les affirmations britanniques selon lesquelles ils avaient convenu d’empêcher « 100% des passages ».

Les fonctionnaires ont annoncé leur position, 48 heures après que le ministre britannique de l’intérieur, Priti Patel, ait rencontré son homologue français Gérald Darmanin à Paris pour discuter de cette question, qui détériore les relations entre les deux voisins, selon le journal britannique « The Guardian ».

Avant sa rencontre avec Patel, lundi soir dernier, Darmanin a publié une « déclaration sévère » accusant le Royaume-Uni d’utiliser la France comme un « punching-ball » pour des différends politiques internes, selon le journal.

Un communiqué conjoint publié par le ministère de l’intérieur après la réunion des deux ministres indique que « les deux parties ont convenu de renforcer encore la coopération opérationnelle. Il faut faire davantage pour mettre fin à la migration par les points de passage dangereux. Elles ont convenu d’accélérer la mise en œuvre des engagements contenus dans l’accord conjoint en juillet 2021, dans le but d’empêcher 100 % des traversées et de les rendre impossibles.

Mercredi, l’ambassade de France à Londres a commenté la « déclaration conjointe », dans un message sur Twitter, et a déclaré que « le nombre n’a pas été convenu à 100% entre les deux ministres, et cela ne devrait pas être mentionné comme un engagement convenu, et cela ne fait pas partie de la déclaration conjointe. »

Et les autorités françaises ont annoncé, mercredi, avoir secouru, mardi, 272 migrants au large du détroit du « Pas de Calais » dans la Manche, qui avaient navigué sur des bateaux branlants depuis la côte nord du pays pour tenter de rejoindre l’Angleterre.

La Direction de la sécurité de la Manche et de la mer du Nord a indiqué, dans un communiqué publié par l’AFP, que le centre régional de surveillance et de sauvetage a reçu dans la nuit de lundi à mardi des signalements de plusieurs bateaux en difficulté au large du détroit du Pas-de-Calais, notant que les opérations de sauvetage lancées sur la piste se sont poursuivies dans la journée de mardi.

Le communiqué indique qu’un bateau de la gendarmerie navale a permis de secourir 48 personnes au cours de trois opérations de sauvetage.

Et la direction a dénombré un total de 10 opérations de sauvetage, dont une a été effectuée par un navire commercial.

Selon le communiqué, les 272 migrants secourus ont été conduits aux ports de Calais, Dunkerque et Boulogne-sur-Mer, et ont été pris en charge par la police aux frontières et les pompiers.

Depuis la fin de l’année 2018, les traversées de la Manche en direction du Royaume-Uni se sont multipliées, malgré les mises en garde répétées des autorités qui soulignent le danger de ce type de migration en raison de l’intensité du trafic des bateaux, de la force des courants et de la faible température de l’eau.

Selon les autorités françaises, environ 15 400 migrants ont tenté de traverser la Manche au cours des huit premiers mois de cette année, dont 3 500 « connaissaient des difficultés au moment de leur sauvetage » et ont été ramenés sur les côtes françaises.

Ce résultat représente une augmentation significative du nombre d’immigrants illégaux de la France vers la Grande-Bretagne par rapport aux années précédentes. En 2020, environ 9 500 migrants ont traversé ou tenté de traverser, contre 2 300 en 2019 et 600 en 2018.