SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

La tension revient sur les places de la mosquée al-Aqsa…Les forces israéliennes arrêtent 9 personnes à Jérusalem

Les tensions sont revenues dans les cours de la mosquée Al-Aqsa dimanche après une journée de calme à la suite des événements du deuxième vendredi du Ramadan au cours desquels des dizaines de fidèles ont été blessés et des centaines arrêtés à la suite d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré dimanche que ses équipes devaient faire 10 blessés lors des événements qui se déroulent à la mosquée Al-Aqsa et dans ses environs à Jérusalem, alors que les affrontements entre les fidèles et les forces de sécurité israéliennes reprennent.

Des vidéos de l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa ont montré un certain nombre de jeunes hommes battus avec des matraques et au moins un arrêté.

« Au petit matin avant les visites au Mont du Temple, qui ont lieu chaque semaine selon les habitudes depuis de nombreuses années, les émeutiers palestiniens ont commencé à ramasser des pierres sur le Mont du Temple pour tenter de se révolter », a déclaré le porte-parole du Premier ministre israélien sur Twitter.

Les Juifs entrent dans les cours de la mosquée Al-Aqsa et ne sont pas autorisés à effectuer des rituels religieux ou à entrer dans les chapelles couvertes de la mosquée Al-Aqsa, telles que le Dôme du Rocher et la Chapelle Tribale.

La police israélienne a déclaré avoir arrêté neuf Palestiniens aujourd’hui à Jérusalem.

Des séquences vidéo ont montré un certain nombre de jeunes jetant des pierres sur des bus israéliens dans les environs de la vieille ville de Jérusalem.

Les Palestiniens ont déclaré que la police israélienne les avait temporairement empêchés d’entrer dans l’enceinte après les prières de l’aube pour permettre une visite planifiée à l’avance aux Juifs qui visitaient le site à pied au milieu de la garde.

Ces visiteurs sont empêchés de prier ou de s’approcher de la mosquée Al-Aqsa, mais les Palestiniens considèrent de telles visites comme une provocation.

« Nous avons vu deux groupes d’entre eux et nous avons commencé à applaudir et les forces (israéliennes) ont essayé de m’arrêter », a déclaré Abu Bakr Shimi d’Acre, une ville où vivent des Juifs et des Arabes israéliens.

La police a déclaré avoir pris des mesures pour éviter que la visite ne soit perturbée par des « centaines » de manifestants, certains masqués, qui ont été vus en train d’empiler des pierres dans l’enceinte du campus.

La présidence palestinienne a accusé Israël d’essayer de diviser la mosquée Al-Aqsa « temporellement et spatialement » entre musulmans et juifs.

Nabil Abu Rudeineh, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré « Nous appelons notre peuple palestinien à travailler dur pour le défendre et à faire face à cette dangereuse escalade israélienne ».

Il a ajouté dans un communiqué « Nous tenons le gouvernement israélien responsable de cette escalade, et nous appelons l’administration américaine à briser son silence et à mettre fin à cette agression, qui enflammera toute la région ».

« Les mesures continues d’Israël visant à changer la situation historique et juridique de la mosquée al-Aqsa et à y imposer des divisions temporelles et spatiales constituent une grave escalade, une violation condamnée du droit international et des responsabilités d’Israël », a averti le ministère jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés dans un communiqué.

Les responsables palestiniens disent que la division temporelle est censée avoir des moments spécifiques pour les Juifs dans la mosquée Al-Aqsa sans présence musulmane en même temps, tandis que la division spatiale signifie attribuer des lieux spécifiques pour les Juifs et les Musulmans.

En vertu d’un accord avec l’Autorité palestinienne, la Jordanie est responsable des lieux saints islamiques et chrétiens de Jérusalem.

« La mosquée Al-Aqsa est une ligne rouge et l’occupation est responsable d’attaquer les fidèles et de permettre aux colons de profaner ses cours », a déclaré dimanche le mouvement de résistance islamique Hamas dans un communiqué.

Hamas a ajouté « Nous tenons l’occupation responsable de son attaque contre les retraités et les fidèles à l’intérieur de la mosquée Sainte Al-Aqsa à l’aube dimanche, ainsi que des répercussions de permettre aux colons de prendre d’assaut et de profaner les cours d’al-Aqsa, ce qui est une provocation aux sentiments du peuple palestinien, des Arabes et des musulmans ».

À Ankara, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu’il avait informé le président Abbas de sa condamnation des actions israéliennes contre les fidèles palestiniens à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, promettant de « se lever » contre les tentatives de changer son statut.

Erdogan a lancé un appel au président Abbas au cours duquel il a réitéré la « position de la Turquie en faveur des droits du peuple palestinien et de son rejet des attaques israéliennes contre le peuple palestinien et ses lieux saints, en particulier la gravité des incursions et des attaques contre les fidèles à la mosquée Sainte Al-Aqsa », a rapporté l’agence de presse palestinienne.

Au Vatican, le pape François a appelé à la paix au Moyen-Orient, « déchiré par les divisions et les conflits depuis des années ».

Il a déclaré « En ce jour glorieux, demandons la paix pour Jérusalem et la paix pour tous ses amoureux chrétiens, juifs et musulmans ».

Ces incidents surviennent après une journée de calme à la suite d’affrontements dans les cours de la mosquée Al-Aqsa le deuxième vendredi du Ramadan, blessant des dizaines de balles en caoutchouc et arrêtant des centaines de personnes, dont la plupart ont ensuite été libérées.

Une partie de la raison de l’escalade de la tension de cette année est le fait que le Ramadan a coïncidé avec la célébration de Pâques parmi les Juifs.

    la source :
  • Reuters