SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

La Turquie a-t-elle accepté un « retrait complet » du nord de la Syrie ?

À la lumière des récentes réunions et déclarations, après lesquelles Ankara a annoncé sa volonté de transférer à Damas le contrôle des zones syriennes qu’elle contrôle, les médias du régime syrien ont rapporté que la réunion syro-turco-russe à Moscou avait conclu que la Turquie acceptait un retrait complet du nord de la Syrie.

Hier, vendredi, les médias du régime ont cité une source affirmant que la réunion tripartite de Moscou a confirmé que le PKK représente « le plus grand danger » pour la Syrie et la Turquie.

Il convient de noter que les ministres de la défense de la Russie, de la Turquie et de la Syrie et les chefs des services de renseignement syriens et turcs se sont réunis à Moscou mercredi dernier.

Vendredi, des centaines de Syriens ont manifesté dans le nord et le nord-ouest du pays, condamnant le rapprochement turco-syrien, deux jours après que Moscou a accueilli les ministres de la défense des deux pays pour la première réunion officielle depuis le début du conflit en 2011.

Dans la ville d’Al-Bab, la plus grande ville du nord de la Syrie, qui est sous le contrôle des factions syriennes fidèles à Ankara, les manifestants ont brandi des drapeaux de l’opposition et plusieurs banderoles.

Pour sa part, Subhi Khabiyeh (54 ans), une personne déplacée de la campagne de Damas, a déclaré lors de sa participation à la manifestation : « Nous ne nous réconcilions pas, nous ne pouvons pas nous réconcilier, et nous ne voulons pas nous réconcilier avec le régime du (président Bachar) Al-Assad. »

Il a ajouté, en s’adressant à la Turquie : « N’aidez pas Al-Assad contre nous, mais soyez plutôt avec nous », considérant que « celui qui veut se réconcilier, qu’il le fasse, mais nous ne voulons pas nous réconcilier avec Al-Assad car c’est un criminel. »

Plusieurs zones du nord du gouvernorat d’Alep, sous le contrôle de factions syriennes pro-Ankara, ont également été le théâtre de manifestations similaires, notamment à Azaz, Jarabulus et Marea, sous le nom de « Nous mourrons et nous ne réconcilierons pas avec al-Assad », selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

Dans la ville d’Idlib (nord-ouest), qui est sous le contrôle de Hayat Tahrir al-Cham (anciennement Jabhat al-Nusra), des dizaines de personnes ont participé à une manifestation, au cours de laquelle elles ont scandé plusieurs slogans, dont « Erdogan, écoute, écoute, on ne vend pas le sang des martyrs. »

Tandis que Salwa Abdel Rahman a déclaré : « Je suis venue manifester pour rejeter les déclarations appelant à un rapprochement avec le régime criminel d’Al-Assad, qui a déplacé des personnes et arrêté des centaines de milliers de personnes », ajoutant : « Si le monde entier se réunit, nous ne nous réconcilierons pas avec le régime criminel. »

    la source :
  • AFP
  • alarabiya