SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

L’Afrique est la plus touchée par la guerre de la Russie en Ukraine

Le directeur du département Afrique du Fonds monétaire international a déclaré à Reuters que l’invasion de l’Ukraine par la Russie avait provoqué un autre « énorme choc négatif » en Afrique subsaharienne, faisant augmenter les prix des denrées alimentaires et de l’énergie et exposant les plus vulnérables à la faim.

Abebe Aemro Selassie a déclaré dans une interview : « la crise de la sécurité alimentaire a mis la pression sur des pays qui souffrent déjà de la crise prolongée de la pandémie de COVID-19, de la perturbation de l’éducation, de la perte de revenus et de graves problèmes d’endettement. Il est donc difficile pour ces pays de lutter contre les effets de l’inflation. »

Tous ces facteurs augmentent également les risques de troubles sociaux, a indiqué le fonds dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques de l’Afrique subsaharienne publié jeudi.

« C’est une crise qui se concentre précisément sur les groupes les plus durement touchés dans les pays les plus affectés », a déclaré Selassie.

Le Fonds monétaire international a prévu la semaine dernière que le taux de croissance de l’Afrique subsaharienne augmenterait entre 3,7 et 4,5 % en 2021, mais il s’attend à ce qu’il baisse de 3,8 % cette année.

Le Fonds a réduit de 0,4 point de pourcentage sa prévision de croissance en 2022 pour les pays importateurs de pétrole et de 0,5 point de pourcentage pour le Groupe des Vingt, qu’il appelle les « pays fragiles. » Le fonds a modifié sa prévision de croissance pour les huit pays exportateurs de pétrole de la région, en hausse de 0,8 %.

Le Fonds a augmenté de quatre points de pourcentage sa prévision d’inflation moyenne dans la région. L’inflation sera à deux chiffres dans 11 pays, dont la moitié sont fragiles.

Le rapport souligne que la sécurité alimentaire est une question importante dans toute la région du Sahel (côte) africain, en République démocratique du Congo et à Madagascar, où la nourriture représente environ 40 % de la consommation dans toute la région, une proportion beaucoup plus élevée que dans le reste des régions.

Il a déclaré que les banques centrales tentent de contrôler l’inflation et de stimuler la croissance économique, alors que les importateurs de produits de base ont une marge de manœuvre financière limitée tout en faisant face à un endettement croissant.

Selassie a exprimé sa préoccupation en particulier au sujet de l’agitation sociale au Sahel et dans d’autres pays qui souffrent d’insécurité alimentaire et sont confrontés à d’importants problèmes de sécurité.

Il a ajouté que le Fonds monétaire international mène des discussions approfondies avec la Banque mondiale, l’Organisation mondiale du commerce et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture afin de déterminer quels pays seront les plus touchés.

Il a ajouté que les pays développés sont conscients du problème, mais qu’ils doivent transformer leurs préoccupations en financements cumulatifs pour les pays menacés.

    la source :
  • Reuters