SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

L’Afrique se félicite du cessez-le-feu au Tigré

Mardi, l’Union africaine a salué le cessez-le-feu dans la région rétive du Tigré, dans le nord de l’Éthiopie, en appelant toutes les parties à « assumer leur responsabilité de protéger les civils. »

Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki, a appelé le gouvernement éthiopien à instaurer un cessez-le-feu durable pour ramener la paix dans la région.

M. Faki a exhorté, dans un communiqué, « toutes les parties à assumer leurs responsabilités, conformément à la loi, pour protéger les civils et assurer la sécurité des travailleurs humanitaires, afin de fournir des services aux personnes touchées dans la région. »

Le responsable africain a également appelé à « une « solution politique » au conflit dans la région, soulignant le soutien de l’Union africaine à tous les efforts visant à soutenir la paix et la stabilité en Éthiopie. »

Le gouvernement éthiopien a annoncé, lundi, qu' »il avait accepté une demande de cessez-le-feu soumise par le gouvernement de la région rétive du Tigré. »

Les médias d’État ont publié la déclaration du gouvernement, peu après que l’administration intérimaire du Tigré, nommée par le gouvernement central, a fui la capitale, Mekele, et appelé à un cessez-le-feu humanitaire pour permettre l’acheminement de l’aide.

La déclaration de l’Éthiopie indique que le cessez-le-feu « permettra aux agriculteurs de labourer leurs terres, aux groupes d’aide d’opérer sans mouvement militaire autour d’eux et de s’engager avec les restes du parti Tigré (anciennement au pouvoir) qui recherchent la paix », ajoutant que « les efforts visant à traduire en justice les anciens dirigeants tigrés se poursuivront. »

L’Éthiopie a déclaré que « le cessez-le-feu se poursuivrait jusqu’à la fin de l’importante saison des semailles au Tigré », sachant que celle-ci se termine en septembre.

Le gouvernement a ordonné à toutes les autorités fédérales et provinciales de respecter le cessez-le-feu.

L’annonce du gouvernement éthiopien intervient après près de huit mois d’un conflit sanglant, au cours duquel des centaines de milliers de personnes ont été confrontées à la pire crise de famine que le monde ait connue depuis une décennie.