SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

L’AIEA met en garde l’Iran: les pourparlers sont au point mort et la chance peut être perdue

Rafael Grossi, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a déclaré mardi qu’il espérait toujours conclure un accord entre l’Iran et les puissances mondiales pour relancer l’accord nucléaire de 2015, mais a averti que les pourparlers étaient au point mort et que l’occasion pourrait être manquée.

« Bien sûr, nous espérons toujours parvenir à un accord dans un délai raisonnable, mais nous devons être conscients du fait que l’occasion peut être perdue à tout moment », a déclaré Grossi, s’adressant en ligne aux commissions du Parlement européen.

Il a également averti l’Iran qu’il n’était pas suffisamment transparent sur ses activités nucléaires.

L’AIEA a été chargée de surveiller l’accord de 2015, connu sous le nom de Plan d’action global conjoint, dans le but de freiner l’activité nucléaire de l’Iran en échange de la levée des sanctions.

Cependant, les États-Unis sont revenus et se sont retirés de l’accord sous l’ancien président Donald Trump en 2018, réimposant plusieurs sanctions à l’Iran.

Les autorités iraniennes, à leur tour, se sont décomposées des dispositions de l’accord, en particulier celles qui restreignent leur activité nucléaire.

Les relations avec l’AIEA au cours des derniers mois ont connu une certaine tension et un certain attrait, avant que les parties ne parviennent à un accord permettant à l’Agence de maintenir des caméras de surveillance installées dans les installations nucléaires, mais il n’était pas clair quant à la possession du contenu de ces caméras et à l’entrée d’inspecteurs dans toutes les installations.

Depuis février 2021, cependant, les inspecteurs de l’AIEA n’ont pas été en mesure d’obtenir des images de surveillance de sites nucléaires ou de moniteurs d’enrichissement électroniques.

Dans l’au-delà de ces obstacles, les inspections des installations nucléaires sont devenues un problème alors que Téhéran continue de développer de nouvelles centrifugeuses et d’enrichir de l’uranium à des niveaux de pureté plus proches des niveaux requis d’armes nucléaires.

Les pays occidentaux craignent le développement par Téhéran des compétences et des connaissances en matière de fabrication de bombes atomiques, qui est une étape irréversible !

    la source :
  • Reuters
  • Sawt Beirut International