SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

L’Allemagne annule le contrat pour le projet North Stream 2

Aujourd’hui, mardi, le chancelier allemand Olaf Scholz a chargé le ministère de l’Économie d’ordonner à la société allemande organisatrice du projet « Northern Stream 2 » d’annuler le contrat.

Scholz a déclaré avoir ordonné au ministère de l’Economie de son pays de s’adresser à l’organisateur allemand du projet « Northern Stream 2 », afin d’annuler le contrat, soulignant que la ratification du contrat serait stoppée.

La chancelière allemande a considéré cette mesure comme une « étape nécessaire », en réponse à la reconnaissance par la Russie des Républiques populaires de Lougansk et de Donetsk.

Les médias allemands, citant le chef du service des instructions du ministère, ont confirmé que le ministère de l’Économie avait interrompu le processus de certification du projet « Northern Stream 2 ».

Ces développements coïncident avec la tendance de l’Union européenne à adopter aujourd’hui des sanctions contre la Russie, après l’annonce de la Maison Blanche.

Auparavant, le président américain Joe Biden avait publié lundi un décret interdisant les investissements, le commerce et les nouveaux financements par les Américains vers, depuis ou dans les deux régions séparatistes de l’est de l’Ukraine, que Poutine a reconnues comme des entités indépendantes.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé la Russie de détruire les pourparlers de paix et a exclu toute concession territoriale, dans un discours à la nation aux premières heures de la matinée de mardi.

Il a souligné l’engagement de l’Ukraine en faveur de la paix et de la diplomatie, après que la Russie a officiellement reconnu l’indépendance de deux régions séparatistes.

S’appuyant sur ses alliés occidentaux, Zelensky a annoncé qu’il attendait des mesures « claires et efficaces » des alliés pour agir contre la Russie, et a appelé à un sommet d’urgence des dirigeants de l’Ukraine, de la Russie, de l’Allemagne et de la France.

Notant que l’Ukraine « n’a peur » de personne, il a qualifié la décision du Kremlin de « violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale » de l’ancienne république soviétique.