SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

L’Amérique abaisse la classification d’Israël et critique ses politiques de lutte contre le trafic d’êtres humains

L’administration américaine a adressé de rares critiques à l’encontre des politiques de Tel Aviv, en annonçant le déclassement d’Israël dans sa liste de lutte contre le trafic d’êtres humains dans le monde.

Dans son rapport annuel sur le trafic d’êtres humains dans le monde, le département d’État américain a reconnu que « le gouvernement d’Israël ne respecte pas pleinement les exigences minimales pour éliminer le trafic d’êtres humains », notant dans le même temps que l’État hébreu « fait des efforts concrets pour atteindre cet objectif. »

Le ministère a expliqué que ces efforts comprennent la conduite d’enquêtes auprès des fonctionnaires impliqués dans de telles affaires, leur mise en cause et l’émission de décisions de justice à leur encontre, en plus de l’abolition par le gouvernement israélien de la « loi sur les dépôts », qui réduisait l’exposition des travailleurs étrangers et des migrants au risque de contrebande.

Le rapport indique également que le gouvernement israélien a continué, au cours de l’année écoulée, à gérer des refuges et d’autres installations qui apportent un soutien aux victimes de la traite des êtres humains, mais que « ces efforts n’étaient pas sérieux et durables par rapport à la période couverte par le rapport précédent, même en tenant compte de l’impact de la pandémie du virus Corona sur les capacités du gouvernement à lutter contre la traite des êtres humains.

Le rapport souligne que les politiques du gouvernement israélien visant à identifier les victimes de la traite des êtres humains ont, dans certains cas, causé de nouveaux préjudices à ces dernières et les ont privées des soins nécessaires pendant des années, ajoutant que le gouvernement a, de manière générale, réduit ses efforts pour enquêter et poursuivre les trafiquants d’êtres humains.

Le rapport ajoute que les politiques du gouvernement israélien à l’égard des travailleurs étrangers augmentent leur exposition au risque de contrebande, soulignant que le gouvernement n’enquête pas de manière adéquate sur les cas de contrebande signalés par les organisations non gouvernementales.

Le rapport indique que l’unité de coordination de la lutte contre la contrebande de la police israélienne reste, pour la cinquième année consécutive, la seule agence concernée par cette question dans le pays et souffre d’un manque aigu de personnel.

Le département d’État américain a confirmé que toutes ces questions l’ont incité à abaisser le classement d’Israël dans sa liste à la deuxième catégorie, qui comprend les pays dont les gouvernements ne respectent pas pleinement les exigences minimales stipulées dans la loi américaine sur la protection des victimes de la traite des êtres humains TVPA (The Trafficking Victims Protection Act).

Cette catégorie comprend 96 pays, dont l’Égypte, l’Irak, la Tunisie, la Jordanie, le Koweït, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite, le Soudan et les Émirats arabes unis.

    la source :
  • RT