SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 14 August 2022, Sunday |

Les Etats-Unis appellent les Houthis à libérer ses employés d’ambassade et les employés de l’ONU

Un responsable américain a déclaré jeudi que le mouvement yéménite houthi continue de détenir 12 employés actuels et anciens des États-Unis et des Nations unies, appelant le groupe à les libérer dans une « démonstration de bonne volonté » de sa part.

Les États-Unis ont déclaré en novembre que les Houthis avaient arrêté un certain nombre de Yéménites travaillant à l’ambassade des États-Unis à Sanaa, mais n’ont pas révélé leur nombre. L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ont déclaré que deux de leurs employés étaient en détention.

Dans des déclarations aux journalistes, Tim Lenderking, l’envoyé américain au Yémen, a déclaré : « Nous condamnons la détention par les Houthis de douze employés actuels et anciens des États-Unis et des Nations Unies. Ils sont toujours détenus au secret.

« Cette arrestation (…) envoie un signal négatif au maximum », a-t-il déclaré. Nous voulons voir un geste de bonne volonté de la part des Houthis pour libérer ces (personnes) sans condition. »

Il n’a pas précisé le nombre de membres du personnel de l’ambassade parmi les douze détenus.

La mission américaine à Sanaa est fermée depuis 2015 après que les Houthis ont évincé le gouvernement yéménite internationalement reconnu de Sanaa fin 2014, incitant une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite à intervenir au Yémen des mois plus tard.

Le mouvement Houthi, qui détient de facto le pouvoir dans le nord du Yémen, a reproché à Washington d’avoir « abandonné » le personnel local de son ambassade, mais n’a pas commenté l’arrestation.

Mardi, les parties belligérantes du Yémen ont renouvelé une trêve de deux mois, parrainée par l’ONU, qui est entrée en vigueur pour la première fois en avril. L’ONU cherche à obtenir un accord prolongé et élargi.

« Nous aurons besoin d’un compromis de toutes les parties pour faire des progrès, y compris une action initiale des Houthis pour ouvrir les routes principales vers Taiz », a déclaré Lenderking, faisant référence à la troisième plus grande ville du Yémen, qui est assiégée par les Houthis.

Le groupe Houthi accuse la coalition de ne pas autoriser le nombre convenu de navires-citernes à atteindre le port de Hodeidah contrôlé par les Houthis, et que la coalition sélectionne des vols qui décollent de Sanaa conformément à l’accord d’armistice. Le gouvernement soutenu par l’Arabie saoudite accuse les Houthis de ne pas ouvrir les routes principales de Ta’izz et de ne pas partager avec lui les recettes fiscales perçues au port.

Lenderking a déclaré que les vols de Sanaa vers la Jordanie « fonctionnaient très bien » et que les pourparlers se poursuivraient avec l’Egypte, qui n’autorisait qu’un seul vol vers Le Caire.

Des sources à l’aéroport du Caire ont déclaré que l’Égypte avait besoin de plus de contrôles de sécurité pour les vols.

    la source :
  • Reuters