SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

L’Amérique et Israël ont surveillé Hezbollah et ses navires… toutes les possibilités sont présentes pour l’affronter !

La coordination américano-israélienne est solide, sûre et continue, et il est probable qu’elle se renforce dans la prochaine étape, non seulement parce que le nouveau Premier ministre israélien Naftali Bennett entretient de bonnes relations avec le président américain Joe Biden, mais aussi parce que les deux alliés ont de nombreux intérêts communs et de nombreux mérites qui nécessitent une coopération entre eux, notamment dans la région.

Selon ce que des sources diplomatiques ont confié à Al Markaziya, la question de l’Iran et du Hezbollah est au premier plan dans ces dossiers. Hier, une délégation de la Chambre des représentants américaine a atterri à Beyrouth avant de se rendre à Tel Aviv. Elle était porteuse de messages clairs, dont l’essentiel est resté loin de la circulation médiatique, même si les positions haut placées des représentants américains, exprimées à la fin de leur tournée dans l’après-midi, en ont éclairé certains.

Dans leur soutien absolu à l’armée libanaise, les « visiteurs » ont rappelé l’importance de cette dernière, qui constitue le seul défenseur des terres libanaises et le seul détenteur d’armes sur celles-ci, compte tenu du fait qu’ils considèrent le Hezbollah comme une faction iranienne.

La délégation a transmis le grand intérêt de Washington pour les navires de carburant iranien, qui devraient bientôt arriver au Liban. Les membres du Congrès ont déclaré diplomatiquement : « Le Liban n’a pas besoin de carburant iranien et nous travaillons à une solution à cette question », mais en coulisses, révèlent les sources, ils ont averti que ces navires exposeraient sérieusement le pays à des sanctions, surtout s’ils s’approchaient des côtes libanaises. Et comme ils disent que le déchargement de leur cargaison dans les ports libanais est peu probable, et qu’il s’agit d’une ligne rouge américaine, les sources indiquent que les Américains ont été informés il y a quelques jours par l’intermédiaire de l’ambassadeur américain au Liban, qui a rendu visite aux présidents Michel Aoun, Nabih Berri et Najib Mikati, et hier également, aux autorités libanaises de la gravité de la démarche, avertissant que l’administration américaine ne sera pas complaisante dans cette affaire. Les sources indiquent que Washington attend ce qui se passera concrètement à ce niveau dans les prochains jours pour s’appuyer sur l’affaire comme il se doit et toutes les possibilités sont ouvertes et incluses dans son agenda de réponse, de confrontation et de responsabilité.

Et si l’Etat libanais adoptera une approche « intelligente » sur la question du pétrole iranien, puisqu’il ne le rejettera pas et ne l’approuvera pas formellement par le biais du ministère de l’Energie, ce qui le protège des sanctions américaines, ce qui est une chose probable, les sources indiquent que toute mesure ne protégera pas ceux qui achètent et vendent le pétrole iranien, comme elle ne protégera pas le Hezbollah, que Washington et Tel Aviv sont déterminés à réduire son influence au Liban.

En outre, les États-Unis ont qualifié hier le Hezbollah de cancer à partir de Beyrouth et de l’aéroport international Rafik Hariri en particulier, tandis que le ministre israélien des affaires étrangères, par coïncidence, l’a décrit comme l’organisation terroriste contrôlant le Liban.

Cette question peut prendre du temps, mais elle arrive, ajoutent les sources, indépendamment de ce que les négociations de Vienne peuvent produire ou non. Par des moyens militaires et diplomatiques, les deux alliés vont mener la bataille pour couper les ongles du Hezbollah et l’éloigner des frontières de l’entité hébraïque. Dans le cadre de la préparation de cette confrontation, Bennett a fourni à la partie américaine des rapports documentés sur l’emplacement des usines de missiles de précision, des magasins de missiles et d’armes et des tunnels appartenant au Hezbollah à l’intérieur du Liban, qui relient ses zones d’influence les unes aux autres.

la délégation a également parlé de l’arrivée d’armes au Hezbollah par voie terrestre et aérienne, via des avions qui atterrissent à l’aéroport de Beyrouth, loin des yeux des inspecteurs, soulignant qu’il y a des responsables libanais impliqués dans le processus de livraison de cette arme, ce qui les exposera inévitablement à des sanctions dans la prochaine étape, et c’est ce que la délégation américaine a laissé entendre hier.

Tout ce mouvement suggère que quelque chose que les Américains et les Israéliens préparent pour Hezbollah, réduisant ainsi son influence au Liban et son contrôle politique et militaire sur celui-ci.

    la source :
  • Almarkazia