SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

L’Amérique et l’Iran en Coupe du monde…Un affrontement en football à caractère politique

Mardi, il y aura une confrontation entre les deux rivaux diplomatiques que sont les États-Unis et l’Iran, mais cette fois sur le terrain dans le cadre de la Coupe du monde de la FIFA qui se déroule actuellement au Qatar.

Certains Iraniens craignent que le match soit entaché de nouveaux litiges avec la sécurité du stade ou d’affrontements avec des supporteurs fidèles au gouvernement iranien, compte tenu des manifestations qui font rage dans leur pays.

Le match se déroulera entre les deux pays, qui ont rompu leurs relations il y a plus de 40 ans, dans un contexte de renforcement de la sécurité afin d’éviter une escalade des tensions liées aux troubles qui secouent l’Iran depuis la mort de la jeune femme, Mahsa Amini, 22 ans, alors qu’elle était détenue par la police des mœurs le 16 septembre.

En signe de solidarité avant le match, la Fédération américaine de football a temporairement affiché le drapeau national iranien sans l’emblème de la République islamique, ce qui a incité Téhéran, selon les médias d’État, à déposer une plainte auprès de la FIFA.

Le Qatar, qui entretient des relations solides avec Washington et des relations amicales avec Téhéran, parie sur l’organisation d’un tournoi calme et sans problème, car il renforce la sécurité des matchs de l’Iran et interdit certains éléments considérés comme incendiaires, tels que le drapeau iranien de la période précédant la révolution islamique.

Un responsable qatari a déclaré que lorsque l’Iran a battu le Pays de Galles vendredi, des équipes de sécurité ont été déployées pour « mettre fin à un petit nombre d’altercations » entre les supporteurs iraniens à l’extérieur du stade, ajoutant que les incidents ont été traités « rapidement » pour contenir les tensions.

« Je n’assisterai pas au match aujourd’hui, mardi, car je ne me sens pas en sécurité au Qatar », a déclaré l’Irano-Canadienne Ezzi, qui portait un T-shirt avec le slogan « Femmes, vie, liberté », symbole des manifestations en Iran, et a refusé de révéler son nom de famille.

« Le Qatar applique le même système de censure qu’en Iran […]. La FIFA porte également une responsabilité », a-t-elle déclaré à Reuters à propos de la sécurité du stade qui l’a interdite en raison de sa tenue.

Hela Yadegar, 37 ans, prévoit d’assister au match pour montrer son soutien aux manifestants en Iran, malgré le fait que la sécurité du stade les ait brièvement retenus, elle et son mari, lors du match Iran-Pays de Galles, et qu’elle ait exprimé une inquiétude similaire concernant la sécurité dans l’État du Golfe.

« J’ai mis une chaise derrière (la porte) de notre chambre d’hôtel, même si elle était fermée », a déclaré Yadegar, qui travaille dans un hôpital au Canada.

En réponse à une question sur les préoccupations des supporters en matière de sécurité et leurs plaintes concernant les restrictions, le responsable qatari a déclaré que les autorités s’efforceront de faire en sorte que chaque match de la Coupe du monde soit « sûr et accueille tous les supporteurs. »

Il a ajouté que les éléments qui « pourraient accroître les tensions et menacer la sécurité des supporteurs » ne seraient pas autorisés dans les stades.

Hymne national

La politique s’est étendue au tournoi sportif, qui est le premier à se dérouler dans un pays du Moyen-Orient, où l’équipe nationale iranienne subit des pressions pour soutenir les manifestants.

Les joueurs iraniens ont refusé de chanter l’hymne national lors de leur premier match, au cours duquel ils ont été battus 6-2 par l’Angleterre. Ils ont scandé l’hymne avant leur deuxième match, où ils ont battu le Pays de Galles 2-0.

Après la victoire de vendredi, un supporter iranien portant un T-shirt à l’effigie du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, et du haut commandant militaire Qassem Soleimani, qui a été assassiné par un drone américain en 2020 en Irak, a scandé contre les supporteurs qui soutiennent les manifestants.

La situation agitée qui règne en Iran est l’un des défis les plus audacieux auxquels le gouvernement théocratique a été confronté depuis la révolution islamique de 1979. Washington a imposé des sanctions aux responsables iraniens pour avoir réprimé les manifestations.

Les États-Unis et l’Iran ont rompu leurs relations officielles en 1980 après la révolution iranienne, et les relations ont été marquées par l’hostilité lorsque les équipes de football des deux pays se sont affrontées lors de la finale de la Coupe du monde de 1998. L’Iran a remporté ce match 2-1.