SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 November 2022, Monday |

Lapid : l’Iran ment au sujet de ses activités nucléaires

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a souligné qu’Israël n’était pas contre un bon accord pour relancer l’accord nucléaire, soulignant que son pays a fourni aux puissances mondiales des informations qui « prouvent que les Iraniens mentent » au sujet de leurs activités nucléaires.

Cette déclaration intervient alors que le groupe P5+1 s’apprête à reprendre, lundi, le huitième cycle de négociations avec l’Iran pour relancer l’accord nucléaire de 2015.

Dans une interview accordée à Channel 12 et rapportée par The Times of Israel, Lapid a déclaré qu’il n’y avait pas eu de « capitulation » face à l’Iran au cours des négociations, soulignant qu’Israël n’est pas contre un bon accord, mais plutôt contre un mauvais accord.

Six cycles de négociations ont eu lieu entre avril et juin dans la capitale autrichienne, Vienne, avant d’être suspendus pendant environ cinq mois, puis le septième cycle a repris le 29 novembre.

Lors du tour précédent, les diplomates européens ont parlé de « progrès au niveau technique », avertissant que le temps pressait pour l’accord.

D’autre part, l’Iran a confirmé, par l’intermédiaire de son ministre des affaires étrangères, que le huitième cycle de négociations sur l’accord nucléaire, qui débutera lundi, sera axé sur les garanties que Washington ne s’en retirera pas à nouveau, et vérifiera la levée de ses sanctions à l’encontre de Téhéran.

En outre, Lapid a déclaré qu’Israël « fera ce qu’il veut pour protéger sa sécurité. Nous n’avons besoin de la permission de personne pour cela. C’est le cas depuis le premier jour de la fondation de ce pays », après avoir été interrogé sur la possibilité de frapper les installations nucléaires iraniennes.

Le ministre des affaires étrangères, qui devrait devenir Premier ministre en 2023 selon l’accord de la coalition au pouvoir, a ajouté qu’ « Israël a des capacités, dont certaines que le monde, et même certains experts dans ce domaine, ne peuvent imaginer. »

Israël s’oppose publiquement aux négociations de Vienne visant à sauver l’accord connu sous le nom de « Plan global d’action conjoint », dont les États-Unis se sont retirés unilatéralement à l’époque de l’ancien président Donald Trump, qui a rétabli les chances de sanctions sévères contre Téhéran.

Par la suite, l’Iran a progressivement commencé à violer l’accord qui l’autorise à enrichir l’uranium à des niveaux ne dépassant pas 3,67 %, car il a cherché à enrichir avec des taux de pureté allant jusqu’à 60 % et à recueillir de grandes quantités du métal de base pour la fabrication d’armes nucléaires.

Et l’Iran nie à plusieurs reprises son désir de développer une arme nucléaire et insiste sur le fait que son programme nucléaire est à usage pacifique, alors que les États-Unis et d’autres pays occidentaux soulignent qu’ils ne permettront pas à Téhéran de posséder ce type d’arme.