SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

L’armée israélienne exclut la guerre avec le « Hezbollah » et avertit le gouvernement de Netanyahu !

Le commandement de l’armée d’occupation israélienne a averti le gouvernement de Benjamin Netanyahou, une fois de plus, de la gravité des déclarations de certains ministres d’extrême droite, des lois qui ont été promulguées, et des procédures établies pour l’expansion des colonies et la conversion des avant-postes en colonies permanentes, ainsi que des pratiques violentes qui les accompagnent, et a déclaré que la situation sécuritaire est déjà tendue, et que cela conduirait à une explosion encore plus grande sur terre.

Selon des sources informées à Tel Aviv, le chef d’état-major de l’armée, Aviv Kochavi, a transmis ce message directement lors de la première réunion qu’il a tenue, hier (vendredi), avec le nouveau ministre de la défense, Yoav Gallant. Il a averti que le front palestinien est devenu susceptible d’exploser, tandis que le front avec l’Iran ne risque pas de se transformer en un conflit immédiat, et que la guerre avec le « Hezbollah » au Liban s’est éloignée, suite à la signature de l’accord de démarcation des frontières maritimes et au début de l’exploration gazière à proximité des frontières libanaises.

Des sources militaires ont confirmé, selon ce qui a été publié par le journal hébreu « Haaretz », que les services de renseignement et l’armée israélienne s’attendent à une escalade des affrontements en Cisjordanie dans la période à venir, dans le contexte des accords de coalition dans lesquels le parti Likoud dirigé par Netanyahu a accepté de transférer les pouvoirs de l’armée et de ses départements à deux chefs de parti. « Sionisme religieux », de Bezalel Smotrich, et « Otzma Yehudit », d’Itamar Ben Gvir.

La crainte est que les partis politiques et les partis de colonisation affiliés au nouveau gouvernement mettent en œuvre des mesures unilatérales en Cisjordanie, ou modifient la situation dans la mosquée Al-Aqsa et multiplient les incursions dans celle-ci, ce qui entraînerait une escalade de la violence.

Kochavi est revenu et a confirmé ce qu’il avait dit à Netanyahu, à la fin de la semaine dernière, que les accords de coalition concernant le transfert de pouvoirs de l’armée à Smotrich et Ben Gvir suscitent la colère des dirigeants de l’armée et causent un grand préjudice à la sécurité.

On sait que Kochavi terminera son mandat le 17 janvier et qu’il remettra ses fonctions à Herzi Halevi. Tous deux sont d’accord sur la nécessité de restreindre les actions de Ben Gvir et Smotrich devant l’armée.

Et Kochavi, qui pendant son ère a fait preuve d’un grand laxisme envers les colons, et a dirigé le processus d’escalade en Cisjordanie au cours des 18 derniers mois, estime que les actions de la droite contre l’armée sont une sorte d’ingratitude. Selon des sources proches de lui, Kochavi a veillé à recruter 24 bataillons militaires pour protéger les colons, et a établi un département de coordination entre les hommes de sécurité et l’armée dans les colonies et dans certaines zones, comme Hébron, Qalqilya, Naplouse et Jénine. L’armée avait l’habitude d’établir des équipes conjointes avec les colons, et ne permettait jamais aux Palestiniens de toucher les colons, même lorsqu’ils attaquaient les villes palestiniennes, déracinaient les oliviers et pillaient les pâturages. Sur toutes les plaintes déposées contre des colons, seul 1 % des agresseurs ont été poursuivis.

Il convient de noter que, selon les accords de coalition, Smotrich, qui occupera le poste de ministre au ministère de la Sécurité, aura le contrôle de l’ « Agence de coordination des opérations dans les territoires » de l’ « Administration civile » et nommera des conseillers judiciaires pour toutes les questions liées aux événements en Cisjordanie. Tandis que Ben Gvir, en tant que ministre de la sécurité nationale, aura un contrôle direct sur les forces des gardes-frontières, d’une manière qui lui permet d’influencer les instructions des forces de terrain et de transférer à sa guise les compagnies de gardes-frontières de la Cisjordanie vers le Néguev et la Galilée.

Au cours des deux conversations avec Netanyahu et Gallant, Kochavi a exprimé son inquiétude concernant ces deux mesures et d’autres. Avant de remettre le ministère au nouveau ministre, le ministre de la défense sortant, Benny Gantz, a averti que les mesures du nouveau gouvernement affaibliraient la sécurité d’Israël.