SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 December 2022, Wednesday |

L’assassinat d’Al-Kazemi… une tentative ratée avec les empreintes des « milices iraniennes »

La tentative ratée d’assassinat du Premier ministre irakien Mustafa Al-Kazemi a rappelé les tentatives des milices iraniennes de tuer leurs opposants.

Les milices iraniennes en Irak ont accéléré le rythme de leur terrorisme, et non seulement elles ont plongé des centaines de personnes dans leurs batailles perdues, mais elles ont également tenté d’atteindre le premier ministre Mustafa Al-Kazemi.

Bien que les milices iraniennes n’aient pas adopté la tentative d’assassinat contre Al-Kazemi, après avoir ciblé sa maison près de la zone verte avec un drone piégé.

Quelques heures avant cette tentative ratée, de nombreux dirigeants des milices iraniennes et pro-Téhéran en Irak ont émis de nombreuses menaces contre Al-Kazemi et le gouvernement irakien, affirmant qu’ils avaient truqué les élections.

Tentative d’assassinat ratée

Dimanche, l’armée irakienne a annoncé que le Premier ministre Mustafa Al-Kazemi avait été victime d’une tentative d’assassinat ratée.

Et la cellule médiatique de sécurité de l’armée irakienne a déclaré, dans un communiqué, qu’ « un drone chargé d’explosifs a visé le domicile du Premier ministre irakien dans la capitale, Bagdad. »

« Le Premier ministre est en bonne santé, et il n’a pas été blessé dans l’attaque », a-t-elle ajouté.

De plus, la cellule a déclaré que « les forces de sécurité prennent les mesures nécessaires en rapport avec cette tentative ratée. »

Al-Kazemi… « Un projet de rédemption » pour l’Irak

Le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kazemi a confirmé qu’il allait bien après avoir été exposé à une tentative d’assassinat en ciblant sa maison avec un drone piégé.

Al-Kazemi a déclaré dans un message sur Twitter : « Je vais bien, grâce à Dieu, et j’appelle au calme et à la retenue de chacun, pour le bien de l’Irak. »

Il a également ajouté : « J’étais et je suis toujours un projet de rédemption pour l’Irak et le peuple irakien. »

Aussi, le premier ministre irakien a souligné que « les missiles et les drones ne construisent pas de patrie, ni d’avenir. »

En outre, il a poursuivi : « Nous travaillons à la construction de notre patrie en respectant l’État et ses institutions, et en établissant un avenir meilleur pour tous les Irakiens. »

Il a ajouté : « Nous appelons tout le monde à s’engager dans un dialogue constructif pour le bien de l’avenir de notre pays. »

Ce n’est pas la première fois

Ce n’est pas la première fois que le Premier ministre irakien fait l’objet d’une tentative d’assassinat, puisqu’il a précédemment révélé qu’il avait fait l’objet de trois tentatives d’assassinat ratées.

Al-Kazemi a ajouté, dans une précédente interview télévisée : « Je ne suis pas inquiet ni effrayé ».

Le Premier ministre irakien n’a pas mentionné à l’époque d’informations sur les circonstances de ces tentatives et les parties qui en sont responsables.

Il a souligné qu’il continuera à exercer ses fonctions conformément au programme qu’il a établi pour diriger le pays.

Al-Kazemi est à la tête du gouvernement irakien depuis mai 2020, succédant au gouvernement d’Adel Abdul-Mahdi, qui a démissionné fin 2019 sous le poids des protestations populaires accusant l’élite politique au pouvoir de corruption, d’incompétence et de dépendance vis-à-vis de l’extérieur.

Les menaces des milices iraniennes

Les milices iraniennes ne se sont pas contentées d’inciter les perdants des élections et de les pousser à s’affronter aux forces de sécurité en faisant des victimes, mais elles ont aussi rapidement échangé leur sang et déclenché leurs menaces à l’encontre du gouvernement et des autorités irakiennes.

Au cours des dernières heures, de nombreux chefs de milice, menés par Qais Al-Khazali, le chef de la milice « Asa’ib al-Haq », qui est classée comme l’un des mandataires de l’Iran dans la région, ont émis plusieurs menaces à l’encontre du gouvernement et des autorités irakiennes. Et Al-Khazali a explicitement menacé le Premier ministre irakien, Mustafa Al-Kazemi, de « rendre des comptes, et il sera puni. »

Dans un contexte connexe, le chef de la milice des « Brigades Sayyid Al-Shuhada », Abu Ala’ Al-Wala’i, fidèle à l’Iran, a menacé les responsables irakiens, menés par Al-Kazemi, de les « déraciner » de leurs places. Al-Wala’i a menacé le gouvernement et les forces de sécurité, en disant : « Vous avez ouvert une porte qui ne sera pas fermée tant que vous ne serez pas abattus ».

La milice du « Hezbollah » en Irak a également accusé Al-Kazemi d’avoir donné l’ordre de tirer sur les manifestants, et a émis plusieurs avertissements à son encontre et à celle du gouvernement.

Les drones…l’arme des milices de l’Iran

Et les drones piégés dont l’Iran fournit à ses milices de l’Irak au Yémen sont toujours l’arme préférée des milices iraniennes pour commettre des assassinats, cibler des objets et des villes civiles, ou attaquer certains pays.

Ces drones piégées ne sont pas différentes de celles utilisées par la milice iranienne des Houthis pour cibler l’Arabie saoudite.

    la source :
  • Al-Ain