SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 October 2021, Wednesday |

Le 11ème président d’Israël a prêté son serment en remplaçant Rivlin

Aujourd’hui, mercredi, la Knesset, le « Parlement », doit assister à la cérémonie d’investiture d’Isaac Herzog, le 11e président d’Israël, qui succède au président sortant, Reuven Rivlin, élu en 2014. Le nouveau président prêtera un serment d’allégeance devant la Knesset.

Après la cérémonie de prestation de serment, le président Herzog arrivera à la résidence du président, où le président sortant Rivlin le recevra lors d’une cérémonie de passation officielle de la présidence, pour la première fois dans l’histoire de la présidence. M. Rivlin a laissé un message spécial pour son successeur dans son bureau présidentiel, lui souhaitant de réussir et lui demandant « d’embrasser tout le monde ».

Début juin, Herzog, 60 ans, a été élu 11e président d’Israël, avec 87 voix, contre 26 voix pour sa rivale, Miriam Peretz. Sept membres de la Knesset se sont abstenus de voter.

Ce matin, Herzog a quitté ses fonctions à l’Agence juive, pour se rendre à la Knesset avec sa famille. À quatre heures, les cérémonies officielles commenceront à la Knesset pour l’accueillir, étant entendu qu’une séance spéciale sera organisée pour la prestation de serment du président élu qui s’adressera à la Knesset, et que dans la soirée, les cérémonies d’échange présidentiel auront lieu au siège de l’État.

Le président est considéré comme un poste honorifique en Israël, et ses pouvoirs sont limités à la désignation d’un leader politique après les élections de la Knesset afin de former un gouvernement, et il a également le droit d’émettre une grâce.

Avant son élection, Herzog a été à la tête de l’Agence juive et a été président du parti travailliste. Il est le fils de l’ancien président israélien Chaim Herzog et le petit-fils du premier rabbin ashkénaze de la Knesset.

M. Herzog a commencé sa carrière politique en 2003, lorsqu’il a été élu pour la première fois à la Knesset au nom du Parti travailliste, puis il a occupé plusieurs postes ministériels et a pris la tête du Parti travailliste en 2013, avant d’entrer en compétition avec Benjamin Netanyahu pour le poste de premier ministre.

Il convient de noter que c’est la première fois que les partis ne désignent pas l’un de leurs membres à la Knesset pour le poste de chef d’État. Selon les médias, l’ancien premier ministre, Benjamin Netanyahu, a soutenu Herzog, considérant qu’il lui accorderait une grâce s’il était condamné pour les graves accusations de corruption pour lesquelles il est jugé, tout en s’abstenant de nommer quelqu’un de son parti, le Likoud, car il lui serait difficile de lui accorder une grâce.