SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Le bateau de la mort… Des faits bouleversants révélés par un rescapé à la Voix de Beyrouth

Après l’accident du bateau de la mort qui a coulé au large des côtes syriennes, plus précisément au large de l’île d’Arwad à Tartous, où environ quatre-vingt-dix personnes sont mortes, et quelques passagers ont survécu, en plus d’un certain nombre de disparus. Sawt Beirut International s’est entretenu avec l’un des survivants, un Libanais d’al-Qubba nommé Zain al-Din.

Zain Al-Din a révélé qu’il était d’accord avec le passeur « Abu Ali Nadim », le propriétaire du bateau il y a environ trois mois, mais ce dernier ne pouvait pas les passer en contrebande avant, notant que le jour où le propriétaire du bateau a décidé de partir, le les vagues étaient très hautes, et la mer était agitée, et malgré Le bateau a décollé avec environ 140 personnes à bord, dont 25 enfants.

Il a ajouté que lorsque le capitaine a estimé que le bateau n’allait pas bien, il a décidé de retourner à terre, mais le contrebandier Abu Ali Nadim n’a pas accepté cela. Il a également signalé que le bateau s’était arrêté avant d’atteindre les eaux territoriales.

Le rescapé de la catastrophe du naufrage du bateau a souligné qu’il avait essayé avec sa femme et quelques personnes de nager vers Tartous, notant que la situation était très difficile, et qu’il n’avait pas l’énergie et la force de nager sur une scène et de ramer pour atteindre le rivage, disant qu’à ce moment-là, il ne pouvait rien faire d’autre qu’attendre un bateau pour les aider.

Il a également révélé un miracle qui s’est produit lorsqu’il a vu un bateau de pêche pour un Syrien, qui l’a aidé avec sa femme, notant qu’ils étaient près du rivage de Tartous.

Quant à la femme qui a survécu à l’accident du bateau de la mort, elle a confirmé que les vagues étaient très hautes et a déclaré : « Un miracle nous a sauvés de la mort.

Elle a ajouté : « La situation est très difficile, et elle a décidé de faire cette expérience pour le bien de son fœtus, et parce que la situation au Liban est intolérable.  »